Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DIAL M FOR MURDER (Le crime était presque parfait) – 1954 – Alfred Hitchcock

Publié le par Laurent Bigot

DIAL M FOR MURDER (Le crime était presque parfait) – 1954 – Alfred Hitchcock
Pour son quatrième film tourné avec la Warner Bros, Hitchcock s'attacha à une pièce de théâtre à succès et accepta de réaliser Le Crime était presque parfait en relief. Malgré les contraintes techniques que cela imposait, il signa une œuvre singulière, un huis clos riche de tous les éléments hitchcockiens : psychologie, intrigue amoureuse, humour et suspense. Le film fournit l'occasion de la première collaboration du maître avec Grace Kelly, qui dévoile ici tous ses talents.
DIAL M FOR MURDER (Le crime était presque parfait) – 1954 – Alfred Hitchcock
L’histoire :
Ancienne vedette de tennis, Tony Wendice a découvert que sa femme, Margot, avait un amant en la personne du romancier Mark Halliday. Il décide alors de la faire tuer et engage à cet effet un peu scrupuleux camarade de collège, Swann alias capitaine Lesgate, déjà compromis dans diverses escroqueries dont il a eu connaissance. Mais l'opération soigneusement montée par Tony ne se déroule pas comme prévu et c'est Swann qui trouve la mort, Margot étant parvenue en se défendant contre son agresseur à le poignarder avec une paire de ciseaux. Tony contribue alors à accuser Margot de ce qui serait le meurtre prémédité de Swann, lequel l'aurait fait chanter grâce à une lettre d'amour de Mark. Margot, reconnue coupable, est condamnée à mort. Mark demeure persuadé de l'innocence de la femme qu'il aime. La ténacité de l'inspecteur Hubbard, qui mène l'enquête, permettra de démasquer in extremis Tony, victime d'un détail qui lui avait échappé. 
Meurtre à la clé

Quand Tony Wendice, ancien joueur de tennis, décroche son téléphone, le sort de sa femme semble scellé. Mais le crime qu'il a mis au point depuisdes années est-il si implacable qu'il le croit ... ?
Comme tout réalisateur - et qui plus est comme tout réalisateur travaillant aux Etats-Unis -, Hitchcock dépendait fortement de ses producteurs. En 1953, il était lié depuis quatre ans à la Warner Bros. Pour ces studios, il avait déjà réalisé Le Grand Alibi, L'Inconnu du Nord-Express, La Loi du silence, et il était encore sous contrat pour un film. Le roman de David Duncan, The Bramble Bush, sur lequel il travaillait depuis un moment, ne le satisfaisait plus. Aussi Hitchcock choisit-il d'enchaîner, sans perdre de temps : « j'avais un contrat à la Warner Bros, et je travaillais sur un scénario intitulé Bramble Bush, c'était l'histoire d'un homme qui avait volé le passeport d'un autre sans savoir que le véritable propriétaire du passeport volé était recherché pour meurtre. J'al travaillé là-dessus pendant quelque temps et ça n'allait pas du tout. J'ai découvert que la Warner Bros avait acheté les droits d'une pièce qui était un succès à Broadway, Dial « M » for Murder, et immédiatement j'ai dit : "Je prends ça", car je savais que là-dessus je pouvais naviguer.»
DIAL M FOR MURDER (Le crime était presque parfait) – 1954 – Alfred Hitchcock

Commenter cet article