Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

7 - TO CATCH A THIEF (La main au collet) – Alfred Hitchcock – 1955

Publié le par Laurent Bigot

7 - TO CATCH A THIEF (La main au collet) – Alfred Hitchcock – 1955
La Main au collet était «un film léger», selon les mots d'Hitchcock. La critique, dans son ensemble, fit le même constat, mais en soulignant les points forts et les charmes d'une œuvre qui n'en manque pas, à commencer par les thèmes typiquement hitchcockiens dont il est truffé. John Robie est un faux coupable comme on en trouve tant dans la filmographie du réalisateur. Pour se disculper, il doit lui-même trouver le vrai coupable, autre schéma récurrent chez Hitchcock (dans Jeune et innocent, par exemple, le héros remonte jusqu'au coupable pour prouver son innocence). 
D'autres symboles relèvent également du vocabulaire hitchcockien. L'apparition des oiseaux, quand Robie monte dans le car après avoir semé les policiers préfigure Les Oiseaux (1963). L'avion qui survole le bateau transportant Robie vers Cannes évoque une scène similaire dans Les Trente-Neuf Marches et annonce la séquence la plus fameuse de La Mort aux trousses. Enfin, la nourriture joue un rôle de catalyseur qui renforce l'humour ou la symbolique de nombreuses scènes, depuis la cigarette écrasée dans un œuf ou la quiche lorraine prétexte à un dialogue hilarant entre Robie et Hughson jusqu'au poulet qui envoie les policiers (les « poulets ») dans le décor avant que Frances et Robie se partagent l'aile et la cuisse durant leur pique-nique amoureux. On retrouve une scène proche dans L'Étau, où un poulet sert à cacher les microfilms avant d'être dévoré par Devereaux et Juanita sous les yeux du responsable cubain qui les soupçonne d'espionnage. 
7 - TO CATCH A THIEF (La main au collet) – Alfred Hitchcock – 1955

Commenter cet article