Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Effets spéciaux : Vistavision et Technicolor

Publié le par Laurent Bigot

Effets spéciaux : Vistavision et Technicolor
Le format choisi pour La Main au collet obligea l'équipe à travailler avec un procédé lourd et onéreux.

Le format choisi pour La Main au collet obligea l'équipe à travailler avec un procédé lourd et onéreux.

Au début des années 1950, le développement d'un instrument récemment mis au point faisait trembler sur ses bases l’industrie du cinéma, pourtant prospère : la télévision inquiétait Hollywood. Les professionnels du cinéma ne tardèrent pas à comprendre que face à ce qui leur apparaissait comme un terrible fléau, il fallait miser sur ce qui distinguait le cinéma de son nouveau concurrent : le format. Le cinéma devait être capable de proposer un spectacle que la télévision ne pourrait prétendre concurrencer. Dans cette optique, la Twentieth Century Fox lança en 1953 le Cinémascope : il s'agissait de faire une plus grande place à l'image sur une pellicule 35 mm, en diminuant l’espace réservé à la perforation et au son. L'image était anamorphosée (déformée au tournage pour être réduite sur la pellicule) avant d’être désanamorphosée à la projection. On obtenait ainsi une image Je grand format et de très haute qualité. 
Pour se débarrasser du bleu Technicolor, Hitchcock utilisa un filtre vert qui donne aux scènes nocturnes cette atmosphère si particulière.

Pour se débarrasser du bleu Technicolor, Hitchcock utilisa un filtre vert qui donne aux scènes nocturnes cette atmosphère si particulière.

La Paramount se devait de réagir face à cette invention. Elle mit ou point en 1954 le format Vistavision. Outre une nouvelle perforation, ce procédé utilisait un défilement horizontal de la pellicule, l'image s'inscrivant dons la longueur de la pellicule et non plus dons sa largeur, ce qui permettait d'obtenir un grand format sans recourir à des anamorphoses. 
Tourner en format Vistavision rendait quasiment impossible l'obtention d'une bonne profondeur de champ lors des gros plans, dans lesquels le fond est souvent flou. Malgré le désir de la production d'obtenir un arrière-plan net, Hitchcock réalisa plusieurs plans sur fond flou.
Tourner en format Vistavision rendait quasiment impossible l'obtention d'une bonne profondeur de champ lors des gros plans, dans lesquels le fond est souvent flou. Malgré le désir de la production d'obtenir un arrière-plan net, Hitchcock réalisa plusieurs plans sur fond flou.
Tourner en format Vistavision rendait quasiment impossible l'obtention d'une bonne profondeur de champ lors des gros plans, dans lesquels le fond est souvent flou. Malgré le désir de la production d'obtenir un arrière-plan net, Hitchcock réalisa plusieurs plans sur fond flou.

Tourner en format Vistavision rendait quasiment impossible l'obtention d'une bonne profondeur de champ lors des gros plans, dans lesquels le fond est souvent flou. Malgré le désir de la production d'obtenir un arrière-plan net, Hitchcock réalisa plusieurs plans sur fond flou.

En utilisant ce procédé pour la Main au collet, Hitchcock fut un des premiers réalisateurs à tourner en Vistavision. Il utilisera régulièrement ce format jusqu'en 1959, année de la sortie de La Mort aux trousses.
Outre le format, il importait pour Hitchcock d'obtenir un rendu idéal des couleurs. Dans cette optique, le réalisateur tournait régulièrement en Technicolor. Le procédé, dont les débuts remontaient à 1915, utilisait plusieurs négatifs (deux ou trois) retenant chacun une couleur, transformés ensuite en positifs qui servaient de matrice pour imprimer l'image colorée sur un film vierge. Le Technicolor était un procédé lourd, nécessitant une caméra très encombrante. De sensibilité modeste, il demandait également un éclairage imposant et, de ce fait, ne se justifiait que pour des productions importantes. 

 

La qualité chromatique du Technicolor, sa très large palette de couleurs et sa grande stabilité chimique expliquent le succès du procédé.

La qualité chromatique du Technicolor, sa très large palette de couleurs et sa grande stabilité chimique expliquent le succès du procédé.

Commenter cet article