Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1 - THE KILLERS (Les Tueurs) Robert Siodmak (1946), avec Burt Lancaster et Ava Gardner

Publié le par Laurent Bigot

1 - THE KILLERS (Les Tueurs) Robert Siodmak (1946), avec Burt Lancaster et Ava Gardner
C’est sans aucun doute le « film noir » le plus intéressant de Robert Siodmak, aussi passionnant par son sujet que par sa construction. Le début est à lui seul un inoubliable moment. La nuit. Une petite ville : Brentwood. Deux hommes arrivent. Dès leur apparition, dans le snack-bar local, il est évident que ce sont des hommes dangereux, ne craignant pas la bagarre et aimant même la provoquer. Ils sont venus tuer un homme qu'ils ne connaissent même pas. Ils exécutent un contrat. Ce sont des professionnels, des tueurs. Leur victime, le « Suédois », prévenu de leur arrivée. Ne cherche même pas à fuir, résigné. Il attend la mort. Huit balles tirées par les deux tueurs vont mettre fin à sa vie... Ce qui aurait pu être la fin du film n'en est que le début, et le scénario relate les péripéties d'un agent d'une compagnie d'assurances parti à la recherche de la vérité. Les gens qu'il va rencontrer - des « témoins » - vont lui raconter, souvent à leur manière, ce qu'ils savent ou, au contraire, cherchent à faire croire et Siodmak accumule les flash-back. Le fait que Citizen Kane ait été tourné cinq ans plus tôt n'est d'ailleurs peut-être pas étranger à cette savante construction dont les différents récits s'ordonnent comme les pièces d'un puzzle. 
1 - THE KILLERS (Les Tueurs) Robert Siodmak (1946), avec Burt Lancaster et Ava Gardner

L'histoire :

Deux hommes - Al et Max - arrivent à Brentwood, une petite ville du New Jersey. Ce sont des tueurs. Ils sont venus abattre Pete Lunn. Celui-ci, qui ne cherche même pas à fuir, est tué de huit balles dans le corps. La police d'assurance de deux mille cinq cents dollars, dont est bénéficiaire Queenie, conduit James Reardon à mener sa propre enquête. Il rencontre le lieutenant Lubinsky qui avait arrêté autrefois Pete, dont le nom était alors Ole Anderson. Celui-ci était boxeur et, à la suite d'une défaite, avait commencé à mal tourner. Il avait délaissé son amie Lilly, devenue depuis la femme de Lubinsky, pour une vamp, Kitty Collins. Il avait fréquenté la bande de Jim Colfax et avait fait trois ans de prison en se laissant accuser d'un vol qui risquait de compromettre Kitty. À sa sortie de prison, Ole et la bande de Colfax avaient attaqué, le 20 juillet 1940, l'usine Prentiss et volé la paie, d'un montant de 25.4912 dollars dont Ole s'était emparé. Reardon échappe de peu aux balles d'Al et de Max. Dum Dum, l'un des complices de Colfax, et ce dernier s'entre-tuent. Kitty est démasquée. C'est elle qui était de mèche avec Colfax dont elle était devenue la femme. Colfax avait récupéré le butin de l'attaque et avait fait assassiner Ole de peur que celui-ci ne mène d'autres gangsters à le soupçonner... 

 

Commenter cet article