Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

4 - THE KILLERS (Les Tueurs) Robert Siodmak (1946), avec Burt Lancaster et Ava Gardner

Publié le par Laurent Bigot

4 - THE KILLERS (Les Tueurs) Robert Siodmak (1946), avec Burt Lancaster et Ava Gardner
A Philadelphia, le détective Lubinsky (Sam Levene) confie à Reardon pourquoi Swede, son ami d'enfance, a abandonné sa carrière prometteuse de boxeur ... un soir en octobre 1935 - troisième flash-back - en affrontant «Tiger Lewis» sur le ring. Le combat de boxe au Philadelphia Sport Arena est un des grands clous du film, peut-être la séquence qui a fait couler le plus d'encre. Au dernier round d'un match sauvage, Swede se fait vicieusement démolir sans pouvoir répliquer. Foudroyé, le visage en sang, l'athlète s'écroule. Quand il revient il lui, son manager découvre la raison de sa défaillance : tous les os de sa main droite ont été broyés. Pour Swede, le pugilat était une manière de sauvegarder sa dignité mais située dans pareil contexte de «racket», l'éthique sportive n'est plus que dérision et les entraîneurs de Swede se préoccupent froidement d'un nouveau poulain. - Ce combat de boxe mémorable a été filmé avec 2000 figurants au Hollywood Legion Stadium, que Siodmak connaît bien (comme Hellinger et Ava Gardner, il est féru de boxe). L'ex-champion poids léger Frankie Van règle le combat. Siodrnak a exigé que Lancaster et son adversaire Don Ehrlich s'entraînent pendant deux mois avant de s'affronter devant la caméra. Les coups ne sont pas truqués et les chutes apparemment si violentes (Ehrlich aussi est un ancien acrobate) que Hellinger refuse d'assister au tournage de la scène, persuadé que «cet Allemand fou» va tuer ses acteurs ! 

« Parangon du film noir, Les Tueurs installait définitivement tous les codes d'un genre alors en construction. Une intrigue policière tordue avec rebondissement final, une femme belle en diable, manipulatrice qui tire les cordes, une ambiance nocturne prégnante et une vision assez misanthrope de l'homme, perdu entre désespoir, cupidité et désirs sensuels. »

aVoir-aLire.com

Burt Lancaster et Robert Siodmak

Burt Lancaster et Robert Siodmak

Commenter cet article