Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

5 - REAR WINDOW (Fenêtre sur cour) - Alfred Hitchcock - 1954

Publié le par Laurent Bigot

Rear Window est le film de l'indiscrétion, de l'intimité violée et surprise dans son caractère le plus infâmant, le film du bonheur impossible, le film du linge sale qui se laverait dans la cour, le film de Ia solitude morale, une extraordinaire symphonie de la vie quotidienne et des rêves détruits.

François Truffaut

1 – Le théâtre de la cour - Alors que Lisa, vexée, s'affaire dans la cuisine, Jeff recommence à épier. Miss Lonelyheart (« Cœur solitaire») reçoit un soupirant imaginaire et, incapable de poursuivre ce rôle, s'effondre en larmes. Miss Torso, au contraire, est entourée d'admirateurs. Le représentant de commerce sert à dîner à sa femme alitée et tous deux se disputent. Lisa apporte le plat réchauffé de la cuisine et demande d'où vient la musique enchanteresse que l'on entend. Jeff lui parle du compositeur.

1 – Le théâtre de la cour - Alors que Lisa, vexée, s'affaire dans la cuisine, Jeff recommence à épier. Miss Lonelyheart (« Cœur solitaire») reçoit un soupirant imaginaire et, incapable de poursuivre ce rôle, s'effondre en larmes. Miss Torso, au contraire, est entourée d'admirateurs. Le représentant de commerce sert à dîner à sa femme alitée et tous deux se disputent. Lisa apporte le plat réchauffé de la cuisine et demande d'où vient la musique enchanteresse que l'on entend. Jeff lui parle du compositeur.

2 – Pluie d’une nuit d’été - Somnolent dans son fauteuil, Jeff est réveillé par une pluie d'orage. Il perçoit diverses scènes dans l'immeuble d'en face, et remarque en particulier le représentant de commerce qui, à plusieurs reprises, sort de chez lui sous la pluie, puis revient, toujours avec sa valise d'échantillons. Enfin, à l'aube, alors que Jeff s'est endormi, il sort avec à son bras une femme en noir.

2 – Pluie d’une nuit d’été - Somnolent dans son fauteuil, Jeff est réveillé par une pluie d'orage. Il perçoit diverses scènes dans l'immeuble d'en face, et remarque en particulier le représentant de commerce qui, à plusieurs reprises, sort de chez lui sous la pluie, puis revient, toujours avec sa valise d'échantillons. Enfin, à l'aube, alors que Jeff s'est endormi, il sort avec à son bras une femme en noir.

3 – Rapports tendus - Le dialogue entre Lisa et Jeff laisse entendre que ce dernier voit dans la jeune femme une menace pour son style de vie aventureux. Lorsqu'elle lui offre de partager son existence, il la rabroue en lui expliquant qu'elle est trop habituée au luxe pour pouvoir supporter l'inconfort de ses missions. Lisa quitte la pièce, profondément peinée. Jeff la retient un instant en lui proposant de s’en tenir au statu quo. Après son départ, il contemple la cour endormie. Soudain, un cri retentit dans la nuit.

3 – Rapports tendus - Le dialogue entre Lisa et Jeff laisse entendre que ce dernier voit dans la jeune femme une menace pour son style de vie aventureux. Lorsqu'elle lui offre de partager son existence, il la rabroue en lui expliquant qu'elle est trop habituée au luxe pour pouvoir supporter l'inconfort de ses missions. Lisa quitte la pièce, profondément peinée. Jeff la retient un instant en lui proposant de s’en tenir au statu quo. Après son départ, il contemple la cour endormie. Soudain, un cri retentit dans la nuit.

4 – Soupçons - Le lendemain, Jeff parle à Stella des allées et venues suspectes du représentant de commerce. Tous deux voient ce dernier jeter un regard noir au chien des voisins qui renifle les plates-bandes. Jeff observe le représentant de commerce avec ses jumelles et son téléobjectif. Il le voit envelopper une scie et un couteau de boucher dans du papier journal, et commence à le soupçonner de meurtre.

4 – Soupçons - Le lendemain, Jeff parle à Stella des allées et venues suspectes du représentant de commerce. Tous deux voient ce dernier jeter un regard noir au chien des voisins qui renifle les plates-bandes. Jeff observe le représentant de commerce avec ses jumelles et son téléobjectif. Il le voit envelopper une scie et un couteau de boucher dans du papier journal, et commence à le soupçonner de meurtre.

Apparition d’Hitchcock. Dans l’extrait diffué, le compositeur est à sort piano. Derrière lui, un personnage rondouillard remonte une pendule avant de se retourner vers la caméra, révélant le visage d'Hitchcock.

Apparition d’Hitchcock. Dans l’extrait diffué, le compositeur est à sort piano. Derrière lui, un personnage rondouillard remonte une pendule avant de se retourner vers la caméra, révélant le visage d'Hitchcock.

Commenter cet article