Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

9 - REAR WINDOW (Fenêtre sur cour) - Du côté de la technique...

Publié le par Laurent Bigot

9 - REAR WINDOW (Fenêtre sur cour) - Du côté de la technique...
Un bon tournage
Après une préparation méticuleuse du film, le tournage lui-même a été facile. Sur le plateau, l'atmosphère était détendue, Hitchcock et Stewart étalent désormais de vieux amis et selon l'acteur, ils étaient tous deux, comme le reste de l'équipe d'ailleurs, « fous de Grace Kelly. Le matin, on s'asseyait tous pour attendre son arrivée afin de pouvoir la regarder. Elle était gentille pour chacun, pleine d'égards, parfaite, et tellement belle! » 

 

9 - REAR WINDOW (Fenêtre sur cour) - Du côté de la technique...
Acteurs muets
Les acteurs affectés à un rôle quasi-muet, dans les autres appartements, étaient eux aussi au diapason. Georgine Darcy (Miss Torso) a confié n'avoir reçu aucune directive chorégraphique pour ses exercices suggestifs. Il lui avait simplement été demandé d’improviser - ce dont elle s'est acquittée avec bonheur.
Ces acteurs portaient une oreillette qui permettait à Hitchcock de les guider - et qu'il a parfois utilisée d'une manière inattendue. Ainsi, à un moment, le mari et la femme propriétaires du chien, qui sont couchés dehors sur l’escalier de secours, doivent rentrer précipitamment à cause d'une averse ; au tournage, Hitchcock s’est ingénié à leur souffler dans leurs oreillettes des instructions contradictoires. Cela a provoqué un épisode franchement comique, les deux acteurs se discutant le matelas et le mari faisant finalement la culbute.

 

9 - REAR WINDOW (Fenêtre sur cour) - Du côté de la technique...
Problèmes d'objectifs
Hitchcock a utilisé différents objectiffs pour rapprocher l'action vue à travers les yeux de Jeff. Passant du 50 mm au 75 mm et au 100 mm pour traduire l'intérêt grandissant du photographe, il a eu recours au téléobjectif de 150 mm et de 250 mm pour les plans que Jeff est censé regarder dans ses jumelles ou dans son téléobjectif. Toutefois, avec le 250 mm, la profondeur de champ était très réduite et les acteurs devenaient flous dès qu'ils bougeaient. Pour résoudre le problème, on a utilisé un objectif de 150 mm en montant la caméra sur une perche afin de l'avancer au-dessus de la cour. Le procédé produit un effet saisissant quand Thorwald se rend compte qu'il est observé et jette un regard noir vers la caméra c'est-à-dire vers Jeff.
Ainsi, la méticuleuse préparation de Hitchcock et sa direction, le remarquable script, une équipe technique très inventive et la très bonne prestation des acteurs ont contribué à la réussite de ce film, justement classé parmi les cent meilleurs jamais tournés. 

 

9 - REAR WINDOW (Fenêtre sur cour) - Du côté de la technique...
Bruitage
Fenêtre sur cour n'a pas véritablement de bande musicale. Pourtant, on entend presque toujours de la musique en fond sonore - jouée par une radio ou un tourne-disque, ou encore provenant de l'appartement du compositeur. Il s'agit en général de jazz, bien dans la note du quartier de Greenwich Village et choisi par le compositeur Franz Waxman dans le catalogue des productions musicales de la Paramount. C'est Hitchcock qui a eu l'idée d'utiliser la chanson populaire chantée par Bing Crosby (tirée du film Road to Bali, de Hal Walker), «To see you is to Love you ».\ pour souligner le plaisir évident de Jeff quand il regarde son amie Lisa. On dit également que le réalisateur n'est pas étranger au choix (effectué comme un clin d'œil) d'un autre succès de l'heure, « Mono Lisa », rendu fameux par Nat King Cole, pour la scène où Lisa se plaint à l'inspecteur Thomas Doyle.

 

9 - REAR WINDOW (Fenêtre sur cour) - Du côté de la technique...

Commenter cet article