Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1 - LE ROUGE EST MIS - Gilles Grangier (1957)

Publié le par Laurent Bigot

II ne faut pas se fier à la devanture du garage tenu par l'honorable Louis Bertain : car celui- ci est mieux connu des services de police sous le nom de « Louis le Blond », et son atelier abrite en réalité un gang de casseurs formé de Pépito le Gitan, Frédo, et Raymond le Matelot. Une équipe aussi chevronnée que redoutable, tant ses membres n'hésitent pas le cas échéant à jouer de la gâchette... Le plus dangereux d'entre eux étant Pépito qui se trouve être aussi le bras droit du « patron » Une relation privilégiée qui ne va d'ailleurs pas sans créer une certaine tension entre le gangster et Pierre Bertain, le frère cadet de Louis, qui ne fait pas partie de la bande. Lorsque Pierre, malgré l'interdiction de la police, revient à Paris pour y revoir sa maîtresse Hélène, une jeune femme vénale, il découvrira par hasard un projet de hold-up mis au point par son frère aîné. Et les choses ne tarderont pas à se gâter... 

 

JEUNES TALENTS
Lorsque Gabin se lance dans le projet du Rouge est mis, il s'entoure selon son habitude de professionnels ayant largement fait leurs preuves. On trouve ainsi au scénario Michel Audiard et Auguste Le Breton ; derrière la caméra, Gilles Grangier, avec qui il travaille pour la quatrième fois ; à la lumière, Louis Page, l’un de ses chefs-opérateurs attitrés ; et autour de lui, des comédiens aussi chevronnés que Paul Frankeur, Albert Dinan ou Gaby Basset. Mais cela n'empêche pas le tandem Gabin / Grangier de faire également appel à tout un groupe de jeunes gens très prometteurs. Outre que le film fait franchir un pas supplémentaire à Lino Ventura, déjà remarqué dans Touchez pas au Grisbi, il permet aussi à Annie Girardot de livrer sa première prestation marquante. De même, Le rouge­ est mis offre l'un de ses premiers « vrais » rôles à Marcel Bozzuffi, dont le talent éclatera dans French Connection et Le gitan. Et l'on remarque par ailleurs dans le film un jeune homme qui fera beaucoup parler de lui : Jean-Pierre Mocky tient en effet ici le rôle de Le Pommadin, bien avant de signer en tant que réalisateur des œuvres aussi sulfureuses que Le miraculé ou Les saisons du plaisir. L'équipe du film de Gilles Grangier semble d'ailleurs constituer un véritable vivier de futurs cinéastes, puisque les assistants à la mise en scène ont pour nom Jacques Rouffio et Jacques Deray. Le premier signera entre autres Sept morts sur ordonnance et La passante du Sans-Souci ; le second, La Piscine et Borsalino... (Eric Quémeré)
 
1 - LE ROUGE EST MIS - Gilles Grangier (1957)

Commenter cet article