Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DRÔLE DE DRAME : Un film inclassable

Publié le par Laurent Bigot

DRÔLE DE DRAME : Un film inclassable

Drôle de Drame sort le 20 octobre 1937, au cinéma Le Colisée aux Champs-Élysées, le même jour que Regain de Marcel Pagnol. À l'affiche également quelques mètres plus loin Carnet de de Bal de Julien Duvivier et Gueule d'amour de Jean Grémillon. Avec le recul, l’année 1937 se révèle l’une des plus riches de notre histoire cinématographique. Marquée également par les sorties de Faisons un Rêve de Sacha Guitry, de La Grande Illusion de Jean Renoir et de Pépé le Moko de Julien Duvivier. Drôle de Drame réunit l'une des plus belles distributions du moment, Françoise Rosay, Michel Simon, Louis Jouvet, Jean-Louis Barrault, Jean-Pierre Aumont, sous l'autorité d'un des plus fameux tandems du cinéma français, on le sait, Jacques Prévert écrit, Marcel Carné réalise.

Le premier à 37 ans, il se distingue par la fantaisie, l’humour et une violence dans la satire sociale. Le deuxième se caractérise par la timidité, la rigueur dans le travail et une volonté d’acier, il n’a pas vingt-huit ans et il vouvoie tout le monde. Les deux hommes ont en commun l’amour de la ville, de la rue, le goût du populaire, il partage l’un et l’autre une indépendance d’esprit et un individualisme forcené. Un premier film Jenny les a réunis quelques mois plus tôt et Prévert a été impressionné par le traitement que ce débutant avait réservé à son adaptation et ses dialogues. Drôle de Drame marque leur deuxième collaboration, elle découlé paradoxalement d'un échec : celui de n'avoir pas pu tourner L'île des enfants perdus, l'histoire vraie d'une révolte dans une maison de correction de Belle-Île. Ce projet auquel Prévert tient particulièrement est récusé d'entrée de jeu par la censure. Le tandem se tourne alors vers une autre proposition du même producteur Édouard Corniglion-Molinier, un sujet aussi loufoque que le précèdent était tragique. Il s’agit de l’adaptation d’un roman assez obscur His First Offence (La mémorable aventure et tragique de monsieur Molyneux). Un roman écrit par un Écossais peu connu chez nous : Joseph Storer Clouston. De son intrigue Prévert n'en conserve que les trois figures principales et l'esprit délirant, il en complexifie les rebondissements, invente des répliques, rajoute des personnages comme celui de Jean-Louis Barrault ou en modifie d'autres comme celui de Jean-Pierre Aumont.

 

DRÔLE DE DRAME : Un film inclassable

Film inclassable, Drôle de Drame, a néanmoins des origines, comme L'Opéra de Quat'sous de Georg Wilhelm Pabst, pour l'ambiance londonienne et des passages sans transition des bas-fonds aux beaux quartiers, mais aussi et surtout de L'affaire, sont dans le sac, film conçu par le groupe Octobre, une troupe de théâtre qui avait représenté la France aux olympiades du théâtre ouvrier de Moscou. Écrit par Jacques et réalisé par Pierre Prévert, son humour mi-- poétique, mi-grinçant, n'avait pas conquis le grand public, mais était resté dans les esprits.

Marcel Carné met en scène Drôle de Drame en 23 jours à peine dans les studios de Joinville. Bien sûr, les tensions existent sur le plateau entre Louis Jouvet et Michel Simon qui se détestent, entre Carné et son producteur délégué qui s'affrontent, entre Françoise Rosay et les autres qui se regardent en chiens de faïence, mais la règle est plutôt le rire, « 23 jours d'amusement intenses » dira plus tard Marcel Carné. Par ailleurs les anciens du groupe Octobre, désormais dissout, sont ravis de pouvoir pour une nouvelle fois, ridiculiser les notables, les curés, les flics et les journalistes. On rit beaucoup. Les participants n'en seront que plus surprit de la volée de bois vert que le film essuie au moment de sa sortie. Stupeur, la plupart des critiques tordent un peu le nez, « une accumulation du pire bric-à-brac poétique » écrit Georges Sadoul. Stupeur plus grande encore, les spectateurs boudent le film, dans cette même salle où échouera L'Atalante de Jean Vigo et échouera également La règle du Jeu de Jean Renoir.

L'échec n'empêchera pas l'association Carné-Prévert de se reformer sur des films comme Le Quai des Brumes, Le Jour se Lève, Les Visiteurs du Soir ou Les Enfants du Paradis qui connaîtront cette fois le succès. Quant à Drôle de Drame, il finira son procès en appel au fur et à mesure de ses reprises d’après-guerre dès 1951. Il est vrai qu'entre-temps, les Américains d'Hellzapoppin et les Britanniques de Noblesse Oblige ont familiarisé le public français avec une forme d'humour que Drôle de Drame avait initié. Bref, Drôle de Drame, un rendez-vous manqué mais comme le résumera Jean-Louis Barrault, tel pourrait être la définition de l'avant-garde. Jean Ollé-Laprune

DRÔLE DE DRAME : Un film inclassable

Commenter cet article