Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

8 - LA FIN DU JOUR - Julien Duvivier (1938)

Publié le par Laurent Bigot

Saint-Clair avait rejoint Jeannette. Le désir était né en lui de donner aux autres une preuve éclatante de cet amour. Il avait emmené Jeannette faire une promenade dans le bois et, près de la rivière, elle s’arrêta, s’assit sur une barque échouée sur la berge.
 
- Pendant tout le temps que vous avez été parti, dit-elle, je suis venue les tous les jours. J'étais bien pour être triste. Même un jour, à force de regarder l'eau, j'ai eu envie de descendre, d'enfoncer doucement.
Elle avait dit ça tout naturellement, sans aucun ton mélodramatique, mais ces mots déclenchèrent chez Saint-Clair une sorte de choc. Il la fixa avec une expression étrange.
- Tu as bien fait de ne pas insister, dit-il à mi-voix, personne n'aurait compris ton geste. . .
- Oh ! maintenant que vous êtes là, Je n'y pense plus. . .
- L'ennuyeux, ma petite Jeannette, dit-il d'un ton détaché, c'est que je ne suis pas revenu pour longtemps. Je m'ennuie dans ce pays où personne n'a d'affection pour moi.
- Vous osez me dire ça, reprocha-t-elle avec des larmes clans les yeux.
- Toi,  je te mets à part, tu es une brave petite, mais tu ne sais pas encore ce que c'est que l'amour. Tu te montes la tête avec ton histoire d'étang. Quand on parle de les quitter, les femmes ouvrent toutes, plus ou moins, le robinet du gaz, mais elles ont le soin de laisser la fenêtre entr’ouverte.
Gagnée par l’influence morbide, elle répondit avec fermeté :
- Le jour où vous partirez, moi, je sais ce que je ferai.
Elle en était au point qu'Il voulait et il s'assit tout près d'elle.
- Je vais partir ce soir, chuchota-t-il. Je ne reviendrai plus jamais... alors, tu me promets d'être raisonnable ...
- Je vous promets de revenir ici demain et les autres croiront que c'est un accident.
Il réprima un tressaillement t de joie. Il appuya sa tempe, contre celle de l'enfant et dit ardemment :
- Tu ferais ça ? Tu aurais ce courage ? Cette preuve que tu es la femme qui m'a le plus aimé, tu me la donnerais jusqu'au bout ?
- Je n’ai pas peur…
 
Extraits tirés de :
LE FILM COMPLET DU JEUDI – La Fin du Jour – Renée Leyral – n° 2283 du 29/06/1939
8 - LA FIN DU JOUR - Julien Duvivier (1938)

Commenter cet article