Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LADY OF BURLESQUE (L’Etrangleur) - William A. Wellman (1943)

Publié le par Laurent Bigot

LADY OF BURLESQUE (L’Etrangleur) - William A. Wellman (1943)
Au temps du burlesque
Pour comprendre l'intrigue de Lady of burlesque (L'Etrangleur), il faut la resituer dans son contexte : celui du music-hall américain des années 1930. En ce sens, le film de William Wellman est déjà, en 1943, un film historique, puisqu'il décrit un monde qui vient de disparaître. Contrairement au music-hall tel qu'il a pu exister en France, le music-hall américain n'est pas une entité homogène, et on y distingue deux grands courants. D'une part, le « Vaudeville », terme qui ne désigne pas comme en français un genre théâtral, mais un spectacle où se succèdent danseurs, chanteurs, acrobates, et magiciens, le tout dans une atmosphère se voulant artistique et élégante – c’est le cas des fameuses Ziegfeld Follies. D'autre part, le « Burlesque », qui s'adresse à un public beaucoup plus populaire : ses deux principaux ingrédients sont des sketches comiques souvent crus et des numéros de strip-tease. Les salles spécialisées dans ces programmes sont donc régulièrement la cible de descentes de police pour « outrage aux bonnes mœurs » - jusqu'à leur interdiction pure et simple en 1937... C'est la forte réprobation sociale liée à ce type de divertissement qu'il faut garder en tête en regardant L’Etrangleur, ironiquement intitulé en anglais Lady of Burlesque.
LADY OF BURLESQUE (L’Etrangleur) - William A. Wellman (1943)

Barbara Stanwyck interprète : Take It Off The E-String, Put It On The G-String

Dès sa parution en 1941, le livre The G-String Murders suscite la convoitise des producteurs. Signé par la célèbre strip-teaseuses Gypsy Rose Lee, ce roman policier décalé mêle en effet suspense et description émoustillante des coulisses d'un music-hall. David O.Selznick est le premier à mettre une option sur les droits d'adaptation, mais c'est finalement Hunt Stromberg qui met le film en chantier en 1942. Cet homme respecté a été longtemps l'un des fers de lance de la MGM, où il a supervisé entre autres les films de Jean Harlow, la série policière de L’Introuvable et les comédies musicales de Jeannette MacDonald et Nelson Eddy. En désaccord avec Louis B.Mayer, Stromberg a décidé de créer sa propre compagnie et l’adaptation de The G-String Murders est son tout premier projet. Un projet pour lequel il s'adjoint les services du réalisateur William Wellman, une valeur sûre à qui l'on doit notamment L’Ennemi public (1931) et la première version d'Une étoile est liée (1937). Mieux encore, Stromberg parvient à persuader Barbara Stanwyck, l’actrice la mieux payée du moment, de le suivre dans l'aventure.
Tourné entre décembre 1942 et janvier 1943, le film - intitulé en français L’Etrangleur  - réunit autour de Barbara Stanwyck une pléiade d'acteurs formant une troupe de music-hall haute en couleurs. Outre Michael O'Shea et Iris Adrian, le film s'appuie sur des seconds rôles aguerris comme Gloria Dixkson (La Ville gronde, Je suis un criminel), J. Edward Bromberg (Le Brigand bien-aimé, Le Signe de Zorro) et Marion Martin (La Dame du vendredi, Les Marx au grand magasin), une comédienne abonnée aux rôles de ravissantes idiotes. Une véritable vedette de music-hall est également présente en la personne de Pinky Lee, qui interprète le partenaire comique de Michael O'Shea, et entraîne Barbara Stanwyck dans une danse effrénée qui révèle chez l'actrice des talents insoupçonnés. De même, la voix grave de la star se prête fort bien à la chanson-phare du film, Take It Off The E-String, Put It On The G-String écrite par Sammy Cahn et Harry Akst. Nul doute que cette facette inattendue du registre de Barbara Stanwyck, ajoute au parfum de scandale entourant le livre de Gypsy Rose Lee, va contribuer pour beaucoup au succès rencontré par le film à sa sortie en salles aux Etats-Unis, en avril 1943.
LADY OF BURLESQUE (L’Etrangleur) - William A. Wellman (1943)
Barbara Stanwyck et William Wellman se connaissent bien puisqu'ils ont déjà signé quatre films ensemble depuis le début des années 30. Pour ces deux artistes habitués aux productions de prestige, le tournage de ce film policier mâtiné de comédie musicale constitue une agréable récréation qu'ils abordent avec enthousiasme. Barbara Stanwyck est notamment ravie de se glisser à nouveau dans la peau d'une danseuse de music-hall, un rôle déjà tenu en 1941 dans Boule de feu, d’Howard Hawks. Cette fois, la danseuse est en outre une strip-teaseuse mais la star ne court pas pour autant le risque de choquer son public, car le bureau de censure veille au grain, interdisant toute représentation d'un vrai strip-tease. Les délégués du Code Hayes voient par ailleurs d'un mauvais œil que l'arme du crime soit un string : ils obtiendront que l'objet délictueux apparaisse le plus discrètement possible à l'écran, et que le titre initial du film, G-String Murders (Meurtres au string), soit finalement changé en Lady of burlesque, plus convenable…
LADY OF BURLESQUE (L’Etrangleur) - William A. Wellman (1943)

 

Michael O’Shea
Contrairement à ses cinq frères, Michael O'Shea (1906-1973) ne devient pas policier, mais comédien. La pièce The Eve of St. Mark fait de lui une vedette en 1942, et il débute peu après à l'écran dans L'Étrangleur. Il tient en 1943 le rôle principal de La Vie aventureuse de Jack London, aux côtés de sa future femme Virginia Mayo. O'Shea partage également avec Carmen Miranda l'affiche de Something for the Boys (1944), et avec Sonja Henie celle de La Fée blanche (1945). Mais sa carrière décline vite, et Une femme qui s'affiche (1954) sera son dernier film.
LADY OF BURLESQUE (L’Etrangleur) - William A. Wellman (1943)
Iris Adrian
Iris Adrian (1912-1994) débute comme chorus girl aux Ziegfeld Follies, puis décroche des petits rôles au cinéma dès 1928. Abonnée aux personnages de danseuse ou d’entraîneuse, elle doit sa gouaille de donner la réplique à des vedettes comiques comme Betty Hutton (Le Club des cigognes, 1945), Bob Hope (Visage pâle, 1948),  et Jerry Lewis (Le Zinzin d’Hollywood, 1961). Dans les années 60, elle devient un habituée des productions Disney (L’espion aux pattes de velours, Un amour de coccinelle), et tient sin dernier rôle en 1980 dans La Coccinelle à Mexico

 

LADY OF BURLESQUE (L’Etrangleur) - William A. Wellman (1943)

Commenter cet article