Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

5 - VERTIGO (Sueurs froides) – Alfred Hitchcock (1958) – Kim Novak, James Stewart

Publié le par Laurent Bigot

Chez Scottie : Madeleine s’éveille dans l’appartement de Scottie. Elle passe un peignoir et parle à son sauveteur pour la première fois. On sent une attirance mutuelle. Le téléphone sonne et, pendant que Scottie parle à Elster, Madeleine s’habille et s’éclipse – vue par Midge.

 

5 - VERTIGO (Sueurs froides) – Alfred Hitchcock (1958) – Kim Novak, James Stewart
Dans Vertigo, Hitchcock manie l’élision, le spectateur devant rétablir ce qui n’est pas montré. Nous voyons d’abord la Jaguar de Madeleine garée, à la nuit tombée, puis Scottie mettant des bûches dans la cheminée. Un panoramique nous fait découvrir les vêtements de Madeleine séchant dans la cuisine et elle-même, nue, endormie dans le lit : Scottie l’a donc amenée chez lui, déshabillée et couchée. Bien que les personnages n’y fassent pas allusion, la scène prend ainsi une forte connotation sexuelle.
5 - VERTIGO (Sueurs froides) – Alfred Hitchcock (1958) – Kim Novak, James Stewart
5 - VERTIGO (Sueurs froides) – Alfred Hitchcock (1958) – Kim Novak, James Stewart
5 - VERTIGO (Sueurs froides) – Alfred Hitchcock (1958) – Kim Novak, James Stewart
5 - VERTIGO (Sueurs froides) – Alfred Hitchcock (1958) – Kim Novak, James Stewart
5 - VERTIGO (Sueurs froides) – Alfred Hitchcock (1958) – Kim Novak, James Stewart
5 - VERTIGO (Sueurs froides) – Alfred Hitchcock (1958) – Kim Novak, James Stewart
5 - VERTIGO (Sueurs froides) – Alfred Hitchcock (1958) – Kim Novak, James Stewart
5 - VERTIGO (Sueurs froides) – Alfred Hitchcock (1958) – Kim Novak, James Stewart
Compte rendu Production Code (code de déontologie – Hays Code – appliqué de 1934 à 1956) au projet de script du film Vertigo.
 
Le 1er août 1957
 
M. Luigi Luraschi
Paramount Pictures Corporation
5451 Marathon Street
Hollywood 38. Californie.
 
Cher M. Luraschi,
 
Nous avons lu le script préliminaire daté du 11 Juillet 1957 concernant votre proposition de production intitulée D'ENTRE LES MORTS et nous avons le plaisir de vous annoncer que ce scénario de base semble répondre aux exigences du Production Code
Nous aimerions néanmoins attirer votre attention sur les points ci-après.
Pages 7 et 8 : le dialogue au sujet du soutien-gorge et de la vie amoureuse de Midge devrait être supprimé.
Page 11 : nous vous recommandons de supprimer la réplique « Oh, damn it ! Damn lt, damn it.»
Page 36 : il convient de trouver une alternative aux deux références à « cat house » (Maison close NDT).
Page 47 : nous vous suggérons de ne pas filmer de sous-vêtements suspendus à la corde à linge.
Pages 48 et 49 : si on accepte l'idée que Scottie a totalement déshabillé Madeleine et l'a allongée sur le lit, les signes de gêne de sa part, en pages 48, 49 et 52, devront être atténués. En outre, la réplique de Scottie en page 60, « Not at all, I enjoyed - talking with you », devrait être lue sans l'interruption proposée et sans manifestation de gêne.
Page 74 : veuillez soigner le fondu enchaîné pour éviter qu'on ne conclue à une aventure illégitime.
Page 129 : la mention explicite ici d'une aventure illégitime serait totalement inadmissible dans le cadre de ce récit.
Page 131 : la scène de cette page ne doit pas comprendre d'évocation déplacée de luxure.
Page 142 : vous garderez, bien sûr, à l'esprit l'interdiction relative à certains baisers induite par le code.
Page 143 : il sera, bien sûr, de la plus haute d'importance de souligner suffisamment le fait qu'Elster sera ramené pour le procès.
 
Vous comprendrez aisément que notre jugement final sera basé sur la version définitive du film.
Cordialement,
 
Geoffrey M. Shurlock 
Alfred Hitchcock et Kim Novak, pendant le tournage de la scène 151.

Alfred Hitchcock et Kim Novak, pendant le tournage de la scène 151.

Commenter cet article