Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MICHEL SIMON

Publié le par Laurent Bigot

MICHEL SIMON
La personnalité de Michel Simon se dessine dès l'enfance : un esprit d'une vivacité peu commune, épris de liberté individuelle, un amour éperdu de toute forme de vie et un sens de l'observation extrêmement aigu. A l'épreuve de la vie en société, tout cela composera un humaniste misanthrope dans la grande tradition, d'une sensibilité inquiète et d'une tendresse ombrageuse, mais aussi d'une timidité qui le condamnera à une certaine solitude : c'est essentiellement par son métier de comédien qu'il participera à la vie en communauté et ce métier s'en trouvera enrichi d'autant.
MICHEL SIMON
En 1911, à l'âge de 16 ans, après des études dont la fantaisie répondait à la logique de son tempérament, Michel Simon quitte Genève pour Paris. Il y vit en plein cœur populaire, exerçant divers petits métiers pour subsister (donnant des leçons de boxe ou vendant des briquets de contrebande à la sauvette), dévorant tous les livres qui lui tombent sous la main (avec une prédilection pour les écrits de Courteline), et «approfondissant par l'expérience sa connaissance du genre humain», comme dit son excellent biographe Freddy Buache. Il gîte à l'hôtel Renaissance, rue Saint-Martin, puis à Montmartre, et débute modestement dans le monde du spectacle en faisant le clown et l'acrobate pour «faire-valoir» un numéro de danseurs (les «Ribert's and Simon's»), puis un prestidigitateur. Rappelé en Suisse au moment de la guerre de 1914, il est le plus indiscipliné des soldats et passe le plus clair de son temps aux arrêts ou à l'ombre des cachots, si bien que sa santé s'en ressent, et il doit être hospitalisé.
MICHEL SIMON
C'est en 1915, au cours d'une permission, que sa vocation se déclare : il voit Georges Pitoëff faire ses débuts d'acteur en langue française, dans l'Hedda GabIer, d'Ibsen, au théâtre de la Comédie de Genève. Ce n'est que cinq ans plus tard, pourtant, en octobre 1920, qu'il fera son apparition dans la troupe des Pitoëff en disant trois répliques de Mesure pour mesure, de Shakespeare (le rôle d'un greffier). Entre-temps, il s'est voué au métier de photographe, d'ailleurs avec talent... et il a tiré le portrait de la plupart des membres de la troupe, cette troupe dont Michel Simon suit le destin lorsqu'elle vient s'établir à Paris, à la Comédie des Champs-Élysées, au début de 1922. Il la quitte pourtant l'année suivante, devient un acteur du Boulevard pendant quelque temps, jouant des vaudevilles de Tristan Bernard, d'Yves Mirande et de Marcel Achard. Ce dernier le présente à Dullin, dans la compagnie duquel Simon joue une pièce d'Achard (Je ne vous aime pas, avec Valentine Tessier). Puis il est engagé par Louis Jouvet qui a remplacé Pitoëff à la Comédie des Champs-Élysées. C'est avec Jouvet, dans une pièce d'Achard, Jean de la lune, que Michel Simon s'impose d'une façon éclatante, le 18 avril 1929. Son talent inimitable fait du rôle - au départ secondaire - de CIoCIo, la principale attraction de la pièce : «Simon pétarada comme jamais, faisant de Cloclo un type inoubliable comme Arlequin, Sganarelle ou Pantalon, dont le ton chantant (en fausset) des innombrables répliques demeurées fameuses ne peut être dissocié des répliques elles-mêmes» (Buache).

 

MICHEL SIMON
La carrière théâtrale de Michel Simon va se poursuivre, de succès en succès (il joue Shakespeare et Bernard Shaw, Pirandello et Oscar Wilde, Gorki, Bourdet et Bernstein), mais c'est le cinéma qui va lui apporter une immense popularité. Il a débuté à l'écran en 1925, d'abord en jouant au côté de Ivan Mosjoukine dans FEU MATHIAS PASCAL, de Marcel L'Herbier, d'après Pirandello, et presque en même temps en participant à un film réalisé en équipe, en Suisse, avec Jean Choux : LA VOCATION D'ANDRÉ CAREL (selon des méthodes de productions artisanales tout à fait identiques à celles dont la «Nouvelle Vague» française de 1958 revendiquera l'originalité) .
Au cinéma muet, il apporte surtout un étonnant physique et un visage peu banal, d’une exceptionnelle mobilité (une mobilité qu'il prend grand soin de ne pas transformer en tics comme il arrive trop souvent par facilité, à ce genre d'acteurs. Michel Simon joue de ses données naturelles avec une virtuosité infinie : de la laideur intelligente ou sympathique, de la bonté ou de la naïveté, à la laideur grotesque ou inquiétante, cocasse ou stupide, malicieuse ou cruelle. Il tourne : L'INCONNUE DES SIX JOURS, de René Sti et Jean Painlevé, en 1926 ; CASANOVA, d'A. Wolkoff, avec Ivan Mosjoukine, en 1927 ; le rôle d'un juge dans LA PASSION DE JEANNE D'ARC, de Theodor Dreyer, en 1927-1928 ; TIRE-AU-FLANC, de Jean Renoir, en 1928.
Sa vraie carrière cinématographique ne commence qu'avec le «parlant» : on s'aperçoit que l'élocution et même le timbre de voix de l'acteur sont aussi originaux que son physique et son jeu. Et le comédien est «inclassable» : comique, dramatique, tragique, vaudeville, il peut tout jouer avec un égal talent, avec une intelligence des rôles à peu près unique, dans autant de diversité. LA CHIENNE, de Jean Renoir (1931), et BOUDU SAUVÉ DES EAUX, du même (1932), sont inconcevables sans Michel Simon. L'acteur y montre du génie, un génie que l'on retrouvera chaque fois que l'œuvre en vaudra la peine, à commencer par L'ATALANTE, de Jean Vigo (1934).
MICHEL SIMON

Citons seulement, sur la centaine de films de sa carrière, ceux qui ont fait la gloire de Michel Simon. LAC AUX DAMES (M. Allégret, 1934) ; ADÉMAI AU MOYEN AGE (J. de Marguenat et Noël-Noël, 1935) ; LE MORT EN FUITE (A. Berthomieu, 1936, avec Jules Berry) ; DROLE DE DRAME (Marcel Carné, 1937) ; LES DISPARUS DE SAINT-AGIL (Christian-Jaque, 1938) ; QUAI DES BRUMES (M. Carné, 1938) ; LA FIN DU JOUR (J. Duvivier, 1939) ; LE DERNIER TOURNANT (1939) ; CIRCONSTANCES AITÉNUANTES (J. Boyer, 1939) ; FRIC-FRAC (M. Lehmann, 1939) ; LA COMÉDIE DU BONHEUR (M. L'Herbier, 1940) ; LA TOSCA (commencé par J. Renoir, terminé par Carl Koch, en Italie) ; VAUTRIN (Pierre Billon, 1944) ; BOULE DE SUIF (Christian-Jaque, 1945) ; UN AMI VIENDRA CE SOIR (R. Bernard, 1946) ; PANIQUE (J. Duvivier, 1946) ; FABIOLA (A. Blasetti, 1948) ; LA BEAUTÉ DU DIABLE (R. Clair, 1950) ; LA POISON (S. Guitry, 1951) ; le commentaire d'HOTEL DES INVALIDES, le court-métrage de G. Franju (1951) ; MONSIEUR TAXI (A. Hunebelle, 1952) ; LE RIDEAU ROUGE (A. Barsacq, 1952) ; CANDIDE (N. Carbonnaux, 1959) ; BLANCHE (W. Borowczyk, 1970). 

MICHEL SIMON

Commenter cet article