Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

10 - LE 7ème JURÉ – Georges Lautner – 1963

Publié le par Laurent Bigot

Lorsque Sylvère s’est retournée, Sylvain Sautral était derrière lui, dans la pharmacie. Le préparateur s’est esquivé, Pauline a regardé l’arrivant bouche bée. Quant à Laurent, il lui a souri spontanément, disant : « ça fait longtemps, je suis content de vous revoir dehors ! »

Lorsque Sylvère s’est retournée, Sylvain Sautral était derrière lui, dans la pharmacie. Le préparateur s’est esquivé, Pauline a regardé l’arrivant bouche bée. Quant à Laurent, il lui a souri spontanément, disant : « ça fait longtemps, je suis content de vous revoir dehors ! »

Grégoire est arrivé l’instant d’après. « Je suis venu vous remercier, a murmuré Sautral, j’avais la terre entière contre moi… sans vous… j’avais l’impression que c’était vous mon avocat… mail faut continuer, parce-qu’ils ne m’ont pas acquitté. Pour eux, je suis toujours l’assassin ». Et Grégoire très sec : « Par le tribunal, vous êtes libre ! Que puis-je faire de plus pour vous ? ». Sautral est parti, tête basse, désabusé. Grégoire a suivi sa silhouette s’éloignant dans la grisaille de la place déserte à cette heure de midi.

Grégoire est arrivé l’instant d’après. « Je suis venu vous remercier, a murmuré Sautral, j’avais la terre entière contre moi… sans vous… j’avais l’impression que c’était vous mon avocat… mail faut continuer, parce-qu’ils ne m’ont pas acquitté. Pour eux, je suis toujours l’assassin ». Et Grégoire très sec : « Par le tribunal, vous êtes libre ! Que puis-je faire de plus pour vous ? ». Sautral est parti, tête basse, désabusé. Grégoire a suivi sa silhouette s’éloignant dans la grisaille de la place déserte à cette heure de midi.

Le soir, à la brasserie de la Poste, on ne parle que du procès et, pour chacun, Sautral est coupable. Soudain, ce dernier arrive près d’eux : « Il paraît que c’est ici que vous tenez vos assises…les vraies. Alors, j’ai décidé de venir faire un tour pour saluer ces Messieurs du Jury… »

Commenter cet article