Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

14 - LE 7ème JURÉ – Georges Lautner – 1963

Publié le par Laurent Bigot

Il est repartit par les rues jalonnées de sapins illuminés s’apprêtant par moment, le regard perdu à présent. La pharmacie est là, toute proche, sur la porte, son nom s’étale : « Grégoire Duval, pharmacien de première classe ». Un homme qui n’a plus rien de commun avec lui…

Il est repartit par les rues jalonnées de sapins illuminés s’apprêtant par moment, le regard perdu à présent. La pharmacie est là, toute proche, sur la porte, son nom s’étale : « Grégoire Duval, pharmacien de première classe ». Un homme qui n’a plus rien de commun avec lui…

« Enfin te voilà ! a crié Geneviève, j’ai une nouvelle : Sautral s’est suicidé, tu venais juste de le quitter » Il l’a regardée l’air las pour répondre : « C’est merveilleux, il y a toujours des témoins ».

« Enfin te voilà ! a crié Geneviève, j’ai une nouvelle : Sautral s’est suicidé, tu venais juste de le quitter » Il l’a regardée l’air las pour répondre : « C’est merveilleux, il y a toujours des témoins ».

Dans la salle à manger, il y avait non seulement le commissaire mais encore le docteur Warmont. « Tout ça est de ma faute ! a lancé Duval, le seuil a peine franchi, ça devait finir comme ça…j’ai tué Sautral ! »

Dans la salle à manger, il y avait non seulement le commissaire mais encore le docteur Warmont. « Tout ça est de ma faute ! a lancé Duval, le seuil a peine franchi, ça devait finir comme ça…j’ai tué Sautral ! »

Demeurée seule au haut des marches, Geneviève a le visage éploré de l’épouse modèle qui voit partir encadré par des infirmiers vers la maison de la santé, son mari dont la raison s’est égarée. La petite madame Duval a préféré être aux yeux du monde la femme d’un fou plutôt que celle d’un assassin…

Grégoire, d’un geste sec va se libérer de l’étreinte des infirmiers  et monter sans leur aide dans la voiture, marquant ainsi qu’il s’agit pour lui d’un libre choix et que c’est la seule volonté qui le pousse à aller jusqu’au bout… (Fin).

Grégoire, d’un geste sec va se libérer de l’étreinte des infirmiers et monter sans leur aide dans la voiture, marquant ainsi qu’il s’agit pour lui d’un libre choix et que c’est la seule volonté qui le pousse à aller jusqu’au bout… (Fin).

Commenter cet article