Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

4 - OTHER MEN’S WOMEN – William A. Wellman (1931)

Publié le par Laurent Bigot

D’abord produit sous le titre The Steel Highway, en référence à son action installée dans le milieu des chemins de fer, Other Men’s Women rappelle la passion de Wellman pour les transports, en particulier l’aviation. Seul réalisateur ayant eu une expérience de pilote de chasse pendant la Première Guerre mondiale, puis de pilote privé par la suite, il dirigera onze films d’aviation sur une filmographie riche de plus de quatre-vingts films. Si c’est ici le train qui est au centre, on y retrouve plusieurs des thèmes chers au cinéaste, à commencer par celui exposant des destins personnels face à l’adversité. Là où Les Ailes mettait ses héros en confrontation avec la Grande Guerre, le scénario de Other Men’s Women se range davantage du côté de l’intime, et place ses personnages face à leurs propres contradictions : ici un début d’adultère qui vient buter sur une amitié de longue date et dans lequel Bill et Jack ne pourront trouver la rédemption (autre motif récurrent de l’œuvre de Wellman) que dans un sacrifice ultime. Extrêmement soucieux de réalisme, Wellman installe son action dans un décor crédible, avec une réelle volonté de dépeindre au plus près le quotidien des cheminots : si son film ne dure que 70 minutes (une durée brève, habituelle des films Pré-Code du début des années 1930), nombreuses sont les séquences mettant en scène les coutumes des cheminots (rentrée du train au hangar, jeux de cartes entre collègues, soirées passées à boire). 
 
James Cagney

James Cagney

Ce réalisme d’un milieu professionnel, Wellman le met au même niveau que sa narration, cette fois-ci beaucoup plus débridée et déliée. Parmi les premiers films parlants de la filmographie du cinéaste, Other Men’s Women est aussi l’un de ses plus turbulents, qui file à toute allure - à l’instar de son train - entre ses différentes scènes et décors, et ne s’accorde de répit que pour s’arrêter sur la psychologie de ses personnages. L’écriture de ceux-ci, comme souvent chez Wellman, n’est pas son point fort, et Bill et Jack font souvent figure d’archétypes un brin classiques : l’un déluré et misogyne, l’autre rangé des voitures, pour un clash en bonne et due forme avant réparations (ici un suicide sacrificiel). Le dessin psychologique, s’il manque parfois de finesse, permet à l’imagerie de se déployer totalement, à l’instar des pauses cafés que Bill s’accorde en gare avant de remonter dans le train en marche, sautant de wagon en wagon sur le toit du véhicule pour regagner sa locomotive. Ou encore d’une des dernières images, quand un pont s’écroule (et le train avec) sous la force d’une rivière en crue, scène de bravoure du film et, incidemment, la plus marquante, preuve d’un usage parfaitement maîtrisé de la miniature. 
 

 

4 - OTHER MEN’S WOMEN – William A. Wellman (1931)

Commenter cet article