Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

GEORGES LAUTNER

Publié le par Laurent Bigot

GEORGES LAUTNER
Georges Lautner est né à Nice le 24 janvier 1926 et décédé le 22 novembre 2013. Fils de la comédienne Renée Saint-Cyr, nourri dans le sérail du cinéma français, il devient assistant très jeune, après des études de droit, et réalise son premier film en 1960 (Marche ou crève). Il connaît le grand succès commercial dès l'année suivante avec Le Monocle noir, premier d'une sorte de série dont Paul Meurisse est l'interprète principal L’œil du monocle (1961), Le Monocle rit jaune (1964). Il apporte au cinéma français un certain renouveau du vaudeville burlesque à travers des intrigues de style «policier» ou «d'espionnage», renouvelant ces genres, à sa façon, par la dérision. Il ne se dissimule pas ses limites, partant du principe accepté sans problème que «le cinéma est une industrie à laquelle chacun doit participer». Loyal (d'une façon parfois même touchante à l'égard de cette «industrie»), et artiste malgré cela, intelligent, travailleur infatigable et anxieux, Georges Lautner était le réalisateur dont rêvaient tous les producteurs et distributeurs français : le «factotum soumis et talentueux». 
GEORGES LAUTNER

On ne compte plus guère ses succès commerciaux (le succès, en l'occurrence, se concrétisant dans le rapport entre le prix de revient du film et la recette nette), même lorsqu'il lui est arrivé de s'aventurer dans des productions où il parvenait à exprimer une sensibilité personnelle, avec discrétion. Car si les films les plus cités de Georges Lautner relèvent plus de la comédie populaire ou du polar qui ont remporté de larges succès (Les Tontons flingueurs 1963, Les Barbouzes 1964, Ne Nous fâchons pas 1966, Mort d’un pourri 1977, Flic ou Voyou 1979, Le Professionnel 1981, Joyeuses Pâques 1984, La Maison assassinée (1988), il a su également s’aventurer à l’extérieur de sa zone de confort pour quelques films aussi atypiques qu’étonnants et réussis. Notons, Galia (1965), La Grande Sauterelle (1967), The Road to Salina (1970 avec Rita Hayworth) et bien sûr Le 7ème Juré (1961) qui fut son film préféré.

GEORGES LAUTNER

Commenter cet article