Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

3 - LIFEBOAT - Alfred Hitchcock (1944) - Tallulah Bankhead, John Hodiak, Walter Slezak, William Bendix, Mary Anderson

Publié le par Laurent Bigot

Les passagers décident de s'orienter vers les Bermudes, où se rendait leur navire. Mais les avis divergent sur le cap à suivre. L'Allemand, qui s'avère être le capitaine du sous-marin, propose une direction, Kovak s'y oppose et prend le commandement de l’embarcation.

Les passagers décident de s'orienter vers les Bermudes, où se rendait leur navire. Mais les avis divergent sur le cap à suivre. L'Allemand, qui s'avère être le capitaine du sous-marin, propose une direction, Kovak s'y oppose et prend le commandement de l’embarcation.

Comme il l'avait déjà fait pour L'Ombre d'un doute, son film précédent, Hitchcock joue avec les ombres pour suggérer l'état d'esprit de ses personnages. Ainsi, quand Kovak impose un cap qui ne correspond pas au souhait de Willi, Hitchcock filme l'ombre de la voile qui recouvre progressivement le visage de l'Allemand. Cette image symbolise également le caractère foncièrement mauvais du personnage.

Comme il l'avait déjà fait pour L'Ombre d'un doute, son film précédent, Hitchcock joue avec les ombres pour suggérer l'état d'esprit de ses personnages. Ainsi, quand Kovak impose un cap qui ne correspond pas au souhait de Willi, Hitchcock filme l'ombre de la voile qui recouvre progressivement le visage de l'Allemand. Cette image symbolise également le caractère foncièrement mauvais du personnage.

Chez Hitchcock, l'image et la parole se complètent, et leur décalage peut parfois provoquer le rire. Ainsi, lorsqu'elle découvre les tatouages de Kovak, Connie déclare : « Ça me dépasse qu'on prenne sa poitrine pour un écriteau. » Au même moment, elle sort son tube de rouge à lèvres... Kovak et Connie se ressemblent beaucoup plus qu'ils ne veulent l'admettre. Et cette connivence annonce leur flirt à venir.

Chez Hitchcock, l'image et la parole se complètent, et leur décalage peut parfois provoquer le rire. Ainsi, lorsqu'elle découvre les tatouages de Kovak, Connie déclare : « Ça me dépasse qu'on prenne sa poitrine pour un écriteau. » Au même moment, elle sort son tube de rouge à lèvres... Kovak et Connie se ressemblent beaucoup plus qu'ils ne veulent l'admettre. Et cette connivence annonce leur flirt à venir.

Commenter cet article