Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

7 - LEAVE HER TO HEAVEN (Péché Mortel) – John M. Stahl (1945) – Gene Tierney – Cornel Wilde

Publié le par Laurent Bigot

Un élément encore plus choquant, surtout pour le public de l'époque, est la fausse couche qu'Ellen s'inflige volontairement. Pour avoir Richard entièrement à elle, elle avorte de son propre enfant en se laissant tomber dans les escaliers. Cependant, la réaction de Richard à la perte de leur enfant est plus forte que prévu. C’est laors qu’il commence à se détacher peu à peu d'Ellen pour se tourner vers la magnanime Ruth (Jeanne Crain), sa sœur adoptive. 

FILM NOIR 100 ALL-TIME FAVORITES – Paul Duncan, Jürgen Müller – Edition Taschen – (2013)

Gene Tierney n'a jamais caché l'importance que représenta pour elle Péché Mortel, écrivant dans son autobiographie : « Plus qu'aucun autre des rôles qui me furent confiés, celui-ci compte beaucoup pour moi en tant que femme. Ellen était jalouse sur le mode triste et destructeur. Je crois que la jalousie est le pire de tous les défauts parce qu'il transforme les deux parties en victimes. Malgré un traitement en finesse, dans le livre comme dans le film, Ellen était, sans l'ombre d'un doute, folle. Elle se croyait normale et s'employait à en convaincre ses amis. La plupart des personnes souffrant de troubles psychologiques passent par une phase analogue qui s'apparente au moment où l'alcoolique cache ses bouteilles. » 

 

Demeurée seule, Ellen se mit à fouiller fébrilement dans son armoire. Elle mit un déshabillé garni de dentelles et, malgré la défense du docteur, enfila des mules à hauts talons. Elle sortit de sa chambre, s'arrêta un instant devant la porte du cabinet de travail de Richard. Le «tac-tac» de la machine à écrire se faisait entendre. Soupirant, elle se dirigea vers l'escalier. Comme par hasard, une de ses mules se trouva coincée dans le tapis en haut de la première marche de l'escalier. Au lieu de dégager sa chaussure, elle en retira Ion pied et, prenant son élan ... elle se laissa tomber du haut l’escalier…
Demeurée seule, Ellen se mit à fouiller fébrilement dans son armoire. Elle mit un déshabillé garni de dentelles et, malgré la défense du docteur, enfila des mules à hauts talons. Elle sortit de sa chambre, s'arrêta un instant devant la porte du cabinet de travail de Richard. Le «tac-tac» de la machine à écrire se faisait entendre. Soupirant, elle se dirigea vers l'escalier. Comme par hasard, une de ses mules se trouva coincée dans le tapis en haut de la première marche de l'escalier. Au lieu de dégager sa chaussure, elle en retira Ion pied et, prenant son élan ... elle se laissa tomber du haut l’escalier…
Demeurée seule, Ellen se mit à fouiller fébrilement dans son armoire. Elle mit un déshabillé garni de dentelles et, malgré la défense du docteur, enfila des mules à hauts talons. Elle sortit de sa chambre, s'arrêta un instant devant la porte du cabinet de travail de Richard. Le «tac-tac» de la machine à écrire se faisait entendre. Soupirant, elle se dirigea vers l'escalier. Comme par hasard, une de ses mules se trouva coincée dans le tapis en haut de la première marche de l'escalier. Au lieu de dégager sa chaussure, elle en retira Ion pied et, prenant son élan ... elle se laissa tomber du haut l’escalier…
Demeurée seule, Ellen se mit à fouiller fébrilement dans son armoire. Elle mit un déshabillé garni de dentelles et, malgré la défense du docteur, enfila des mules à hauts talons. Elle sortit de sa chambre, s'arrêta un instant devant la porte du cabinet de travail de Richard. Le «tac-tac» de la machine à écrire se faisait entendre. Soupirant, elle se dirigea vers l'escalier. Comme par hasard, une de ses mules se trouva coincée dans le tapis en haut de la première marche de l'escalier. Au lieu de dégager sa chaussure, elle en retira Ion pied et, prenant son élan ... elle se laissa tomber du haut l’escalier…

Demeurée seule, Ellen se mit à fouiller fébrilement dans son armoire. Elle mit un déshabillé garni de dentelles et, malgré la défense du docteur, enfila des mules à hauts talons. Elle sortit de sa chambre, s'arrêta un instant devant la porte du cabinet de travail de Richard. Le «tac-tac» de la machine à écrire se faisait entendre. Soupirant, elle se dirigea vers l'escalier. Comme par hasard, une de ses mules se trouva coincée dans le tapis en haut de la première marche de l'escalier. Au lieu de dégager sa chaussure, elle en retira Ion pied et, prenant son élan ... elle se laissa tomber du haut l’escalier…

Commenter cet article