Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2 - THE SHOP AROUND THE CORNER (Rendez-vous) - 1940 - Ernst Lubitsch - James Stewart - Margaret Sullavan - Frank Morgan

Publié le par Laurent Bigot

Ainsi, comme Ninotchka à son retour de Paris Lubitsch découvre la nostalgie. Ce vague regret qui planait déjà sur le Paris doux-amer d'Angel répand désormais sa langueur sur tout le petit peuple de « la boutique au coin de la rue » - soit au coin de ma rue, de votre rue, de toutes les rues du monde. Car nous y voilà : cette « shop around the corner », par son anonymat même, atteint rapidement les dimensions du mythe. Sous prétexte de parler des petites gens, de montrer des êtres vrais, loin des palaces et des casinos, Lubitsch crée autour d'eux, et pour eux, un univers encore plus idéal et exemplaire que les Paris, Vienne ou Monte-Carlo de ses films précédents. Maintenant les sans-grade ont aussi droit à leur paradis, à la bulle aux parois de cristal dans laquelle les enferme le cinéaste.
 
2 - THE SHOP AROUND THE CORNER (Rendez-vous) - 1940 - Ernst Lubitsch - James Stewart - Margaret Sullavan - Frank Morgan
Lubitsch ne s'est pas plongé dans le petit peuple - d'où, d'ailleurs, il vient -, tout au plus dans la vision que Hollywood forge de ces gens simples, une vision idyllique, est-il besoin de le préciser. La «bulle», c'est la boutique de M. Matuschek, lieu central du décor (on ne s'en éloigne que rarement, et pour des endroits anonymes : café, chambre meublée, hôpital), à l'intérieur de laquelle la réalité est transformée par les us du commerce comme elle l'était dans Trouble in Paradise (Haute Pègre) par les règles du savoir-vivre. Il n'y a pas ici d'hommes et de femmes mais un patron, des vendeurs, une caissière, un coursier. Dans un judicieux article, Yann Tobin compare tout le personnel à une troupe de théâtre et assimile le film à « la préparation d'un show». Comment mieux dire que nous sommes ici aux antipodes de la réalité, dans ce monde protégé de Lubitsch où même les dissonances concordent à l'harmonie finale ? Or, conformément à la grande tradition lubitschienne, on peut difficilement accumuler plus de dissonances, d'erreurs et de fausses interprétations que dans  le scénario de The Shop… - sauf peut-être dans celui de To be or not to be
LUBITSCH – Jacqueline Nacache – Ed. Edilig (1987)
2 - THE SHOP AROUND THE CORNER (Rendez-vous) - 1940 - Ernst Lubitsch - James Stewart - Margaret Sullavan - Frank Morgan

Commenter cet article