Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

4 - THE SHOP AROUND THE CORNER (Rendez-vous) - 1940 - Ernst Lubitsch - James Stewart - Margaret Sullavan - Frank Morgan

Publié le par Laurent Bigot

Répliquera-t-on que Lubirsch était déjà un stéréotype ? Pas plus que les lieutenants souriants, les escrocs de luxe et les comtesses ruinées aux mille expédients. De si parfaites alliances de qualités et de défauts font des personnages uniques et non des types. Nous en trouvons la preuve en rapprochant par-delà les années Schuhpalast Pinkus (Le Palais de la chaussure Pinkus 1919) et The Shop…, qui présentent de curieuses similitudes dans l’intrigue. On se souvient que Sally Pinkus, interprétait par Ernst Lubitsch, était à la fois lâche, séducteur, hypocrite et arriviste, et qu'aucun autre être autour de lui n'avait de consistance. Or tout se passe dans The Shop… comme si Pinkus s'était fragmenté en plusieurs personnages qui illustrent ses différentes facettes. L'un complètement positif - Kralik, la réussite par l'honnêteté -, l'autre complètement négatif - Vadas, l'arrivisme par la flagornerie - et, entre les deux, deux silhouettes ambivalentes : Pirovitch lâche et tendre, Pepi hâbleur et généreux. Pourquoi cet éclatement ? Parce que le spectateur américain de 1940 ne peut s'identifier à un Pinkus qui est à la fois tout le bien et tout le mal. Il a besoin de raccrocher à des êtres emblématiques, le bon Kralik, le mauvais Vadas, qui seuls peuvent permettre aux Pirovitch et aux Pepi d'exister. Pepi, c'est Pinkus au sommet de son triomphe, exhibant fièrement les atours qui sont le signe de sa réussite. Pirovitch, c'est un Pinkus vieilli, qui aurait raté toutes les occasions, à qui il ne reste qu'une douce lâcheté et une terrible lucidité sur lui-même : « L'autre jour M. Matuschek m'a traité d'imbécile. Que pouvais-je faire? J'ai répondu "Oui, Monsieur Matuschek, je suis un imbécile" - je ne suis pas fou ! » Et c'est bien sûr Felix Bressart qui prête à ces répliques tout son génie de Groucho triste. Si l'on voulait mesurer la distance entre le Lubitsch berlinois et le cinéaste américain de 1940, elle serait sans doute égale à celle qui sépare Pinkus de Pirovitch. De la caricature juive à l'humour juif : il n'a pas fallu à Lubitsch moins de dix-huit ans d'exil pour atteindre ce stade ultime de la sagesse. 

LUBITSCH – Jacqueline Nacache – Ed. Edilig (1987) 

4 - THE SHOP AROUND THE CORNER (Rendez-vous) - 1940 - Ernst Lubitsch - James Stewart - Margaret Sullavan - Frank Morgan

Commenter cet article