Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2 - UNE PARTIE DE CAMPAGNE – Jean Renoir (1946 – Sylvia Bataille, Georges Darnoux, Jacques Brunius

Publié le par Laurent Bigot

En dépit de son inachèvement, des contradictions de Renoir prétendant n'avoir jamais eu en tête autre chose qu'un court métrage, des projets de son producteur demandant à Jacques Prévert de lui en écrire la suite, Une Partie de campagne est une œuvre sans faille dont les ellipses et certaines ruptures dans la continuité narrative servent au contraire la modernité.

Moyen métrage aussi travaillé qu'un film long (selon l'expression de son auteur), ce dix-septième film de Renoir est une œuvre faussement limpide. Simple histoire d'amour pour une banale promenade à la campagne, il porte, jusqu'à en crier, toute la tragédie de l'amour en Occident - une tragédie dont Renoir, de film en film, fera une critique de plus en plus radicale pour en consommer définitivement la fin dans Le roi d'Yvetot

JEAN RENOIR – Daniel Serceau – Filmo 12, Edilio (1985)

Photo de tournage : Scène de la balançoire. Cette séquence fait référence au célèbre tableau "La Balançoire" (1876) de Pierre-Auguste Renoir, le père du réalisateur.

Photo de tournage : Scène de la balançoire. Cette séquence fait référence au célèbre tableau "La Balançoire" (1876) de Pierre-Auguste Renoir, le père du réalisateur.

CLAUDE-JEAN PHILIPPE:
La saveur et la spontanéité de l'Interprétation sont la préoccupation première de Renoir. Sur ce plan, les inventions fourmillent.
Les dialogues (en particulier) prennent dans la bouche des personnages une ineffable drôlerie. Renoir joue des effets les plus gros en les accusant encore par une verve dont le déchaînement même fait le prix. Le comique ici naît d'une dilatation et d'une libération du comportement quotidien. Tout cela emporté dans un mouvement qui est celui de la vie même. (Télérama n° 603)
2 - UNE PARTIE DE CAMPAGNE – Jean Renoir (1946 – Sylvia Bataille, Georges Darnoux, Jacques Brunius
RODOLPHE : Tu vas voir. Tout va s'arranger! Moi, les responsabilités ne me font pas peur ! J’prends la fille avec les risques de vie gâchée !... d'enfant nature ! Toi, avec la mère, tes scrupules ne tiennent plus. On va passer un bon après-midi! (Il se frotte les mains.) Mais, dis-moi, faut-il les aborder séparément ou en groupe ?
 
HENRI : Tu sais, ces gens-là, c'est comme les harengs ; ça voyage en groupe et c'est inséparable! 

Commenter cet article