Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

9 - PHANTOM LADY (Les Mains qui tuent) - Robert Siodmak (1944), Ella Raines, Franchot Tone et Alan Curtis

Publié le par Laurent Bigot

Henderson est finalement, après une scène bouleversante, le véritable auteur du meurtre est découvert, il s’agit de Jack Marlow. Il était l’amant de la femme de Scott qui avait refusé de le suivre. Jack tente d’étrangler Carol, l’irruption de la police le pousse à se jeter par la fenêtre. Henderson sera donc libéré et commencera une nouvelle aventure, cette fois-ci amoureuse, avec Carol.

9 - PHANTOM LADY (Les Mains qui tuent)  - Robert Siodmak (1944), Ella Raines, Franchot Tone et Alan Curtis
Robert Siodmak voulait faire un film de genre, un poème en noir et blanc, peindre avec de la lumière, réaliser une œuvre extrêmement visuelle, sans doute aussi pour frapper, pour montrer aux « studios » de quoi il était capable. C’est donc avec sa productrice, qu’il a élaboré un scénario qui a permis ce genre d’approche. D’ailleurs un tout petit budget fut alloué pour ce film, il a donc fallu faire travailler son imagination, si bien que Siodmak va réutiliser seulement ce qu’il a appliqué dans son film Noir français qui est Pièges  et toutes les techniques utilisées de l’époque allemande.
9 - PHANTOM LADY (Les Mains qui tuent)  - Robert Siodmak (1944), Ella Raines, Franchot Tone et Alan Curtis
Phantom Lady fut le premier film Noir réalisé par Siodmak pour le compte de la Universal, il possèdait déjà toute la virtuosité, la noirceur et le pessimisme de ses deux autres chefs-d'oeuvres du genre : The Killers et Criss Cross. Dans ce film, la mélancolie et l'obsession accentuent la sensation de vide, tandis que les objets et décors épousent la forme fantomatique et glaciale d'une mise en scène vertigineuse.
9 - PHANTOM LADY (Les Mains qui tuent)  - Robert Siodmak (1944), Ella Raines, Franchot Tone et Alan Curtis

Commenter cet article