Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

COLE PORTER - HIGH SOCIETY – Charles Walters (1956)

Publié le par Laurent Bigot

Auteur de standards comme Night and Day et My heart belongs to Daddy, le musicien fut l'un des princes de Broadway, où son style sophistiqué et désinvolte continue aujourd'hui à rencontrer un grand succès.

Auteur de standards comme Night and Day et My heart belongs to Daddy, le musicien fut l'un des princes de Broadway, où son style sophistiqué et désinvolte continue aujourd'hui à rencontrer un grand succès.

Cole Porter naît en juin 1891 au sein d'une riche famille de l'Indiana. Encouragé par sa mère, il apprend très tôt à jouer du piano et du violon, et signe même sa première opérette à l'âge de dix ans. Le jeune Cole n'en doit pas moins faire des études « sérieuses », mais alors qu'il étudie le droit à Harvard, il bifurque vers la classe de musique. Car cette passion ne l'a pas quitté : il compose des centaines de chansons au cours de ses études, et en 1915, parvient même à en placer une à Broadway. Cole Porter livre alors sa première comédie musicale, mais les représentations font un flop. Blessé, le jeune homme se réfugie en France, où éclate bientôt la Première Guerre. Il dira plus tard aux journalistes l'avoir passée dans les rangs de l'armée française, mais en réalité, il mène la grande vie dans la capitale.
COLE PORTER - HIGH SOCIETY – Charles Walters (1956)
I love Paris
En 1919, Cole Porter convole avec Linda Thomas, une riche divorcée. Le musicien étant homosexuel, il s'agit plutôt d'un mariage de convenances, mais l'amitié des époux est réelle.., et ils vivront ensemble jusqu'à la mort de Linda, en 1954. La vie effrénée de la capitale inspire à Porter le «musical» Paris, avec lequel il tente à nouveau sa chance à New York en 1928. Cette fois, c'est un succès, qui sera suivi de beaucoup d'autres. Dès le début des années 30, le musicien écrit des spectacles pour de grandes vedettes de la scène comme Fred Astaire et Ethel Merman. Ainsi popularisées, ses chansons deviennent vite des standards : l've Got You Under my Skin, I Love Paris Night and Day ou Love for Sale ne sont que quelques-uns des centaines de titres signés par Porter (qui fut l'un des rares compositeurs de Broadway capables d'écrire aussi bien les paroles que la mélodie).
COLE PORTER - HIGH SOCIETY – Charles Walters (1956)
Série noire
En 1936, le musicien se voit sollicité par Hollywood pour écrire les chansons du film Rosalie. Ce sera, avec Haute Société, l'une de ses rares incursions dans le cinéma. L'année suivante, un terrible accident de cheval le laisse dans un état critique. Porter réussit malgré tout à poursuivre son œuvre, livrant plusieurs «musicals» à succès comme Du Barry Was a Lady et Kiss Me, Kate, d'après La Mégère apprivoisée de William Shakespeare. Mais les années 50 lui portent plusieurs coups : après avoir affronté la perte de sa mère, puis de sa femme Linda, Porter doit être amputé de la jambe en 1958. Il se retire alors de la vie publique, et s'éteint en 1964 à Santa Monica. Lors de la cérémonie des Oscars, Judy Garland lui rendra hommage en interprétant un medley de ses plus grandes chansons.
Pour ce qui est de son équipe musicale, Haute Société porte bien son titre. Outre celui de Cole Porter, qui a écrit les chansons du film sur mesure, le générique comporte en effet plusieurs noms légendaires. À commencer par celui de Johnny Green : celui-ci ne fut pas seulement le compositeur de la célèbre chanson Body and Soul, mais aussi le directeur musical de la MGM, de 1949 à 1959. À ce titre, il a supervisé l'enregistrement de la bande originale de films comme Parade de printemps, Un Américain à Paris et Mariage Royal. Green a souvent collaboré avec Saul Chaplin (à droite sur la photo) (qui n'était pas un parent du cinéaste), responsable quant à lui des enregistrements des Sept Femmes de Barbe-Rousse, de West Side Story - et de Haute Société. Quant à l'orchestre, il est dirigé ici par deux «pointures» : Conrad Salinger, chef d'orchestre des chefs-d'œuvre de la MGM (Chantons sous la pluie, Tous en scène, Brigadoon, Drôle de Frimousse... ), et Nelson Riddle, collaborateur attitré de Sinatra, qui travaillera aussi avec Ella Fitzgerald et Judy Garland. Bref, si l'on y ajoute le nom des crooners Bing Crosby et Frank Sinatra, la liste des crédits musicaux du film ressemble à un véritable Who's who de l'époque !

Pour ce qui est de son équipe musicale, Haute Société porte bien son titre. Outre celui de Cole Porter, qui a écrit les chansons du film sur mesure, le générique comporte en effet plusieurs noms légendaires. À commencer par celui de Johnny Green : celui-ci ne fut pas seulement le compositeur de la célèbre chanson Body and Soul, mais aussi le directeur musical de la MGM, de 1949 à 1959. À ce titre, il a supervisé l'enregistrement de la bande originale de films comme Parade de printemps, Un Américain à Paris et Mariage Royal. Green a souvent collaboré avec Saul Chaplin (à droite sur la photo) (qui n'était pas un parent du cinéaste), responsable quant à lui des enregistrements des Sept Femmes de Barbe-Rousse, de West Side Story - et de Haute Société. Quant à l'orchestre, il est dirigé ici par deux «pointures» : Conrad Salinger, chef d'orchestre des chefs-d'œuvre de la MGM (Chantons sous la pluie, Tous en scène, Brigadoon, Drôle de Frimousse... ), et Nelson Riddle, collaborateur attitré de Sinatra, qui travaillera aussi avec Ella Fitzgerald et Judy Garland. Bref, si l'on y ajoute le nom des crooners Bing Crosby et Frank Sinatra, la liste des crédits musicaux du film ressemble à un véritable Who's who de l'époque !

Commenter cet article