Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

19 et 20 - EN CAS DE MALHEUR – Claude Autant-Lara (1958) – Jean Gabin, Brigitte Bardot et Edwige Feuillère

Publié le par Laurent Bigot

19 et 20 - EN CAS DE MALHEUR – Claude Autant-Lara (1958) – Jean Gabin, Brigitte Bardot et Edwige Feuillère
Tard dans la soirée, Janine se décide à téléphoner à Gobillot. Elle est inquiète : Yvette n’est pas rentrée. Gobillot accourt. « Je vais vous dire, Monsieur…elle m’a obligée à rentrer seule, elle avait une course à faire… »
19 et 20 - EN CAS DE MALHEUR – Claude Autant-Lara (1958) – Jean Gabin, Brigitte Bardot et Edwige Feuillère
Bien entendu, l’avocat pense aussitôt à Mazetti, mais il ignore son adresse. Il décide de se rendre à la préfecture de police où il connaît bien le personnel. Si Yvette a eu un accident, il le saura rapidement.
19 et 20 - EN CAS DE MALHEUR – Claude Autant-Lara (1958) – Jean Gabin, Brigitte Bardot et Edwige Feuillère
Gobillot est impatient de retourner chez Yvette. Il se raccroche à l’espoir qu’elle est peut-être rentrée maintenant.
19 et 20 - EN CAS DE MALHEUR – Claude Autant-Lara (1958) – Jean Gabin, Brigitte Bardot et Edwige Feuillère
Comme il se dirige vers sa voiture, un agent descend précipitamment du service de renseignements : « Maître Gobillot ? »
19 et 20 - EN CAS DE MALHEUR – Claude Autant-Lara (1958) – Jean Gabin, Brigitte Bardot et Edwige Feuillère
19 et 20 - EN CAS DE MALHEUR – Claude Autant-Lara (1958) – Jean Gabin, Brigitte Bardot et Edwige Feuillère
19 et 20 - EN CAS DE MALHEUR – Claude Autant-Lara (1958) – Jean Gabin, Brigitte Bardot et Edwige Feuillère
"Elle a été tué, cette nuit, à coups de couteau, à l'Hôtel de Vilna, quai de Javel. Le meurtrier, après avoir erré plusieurs heures dans le quartier, vient de se présenter au poste de police de la rue Lacordaire. Le car s'est rendu sur les lieux et on a trouvé la victime dans la chambre indiquée. L'homme est un manœuvre, nommé Mazetti, qui a fait des aveux complets."
"Yvette était nue quand on a retrouvé son corps, une blessure sous le sein gauche, sur l'étroit lit de fer. Je suis allé là-bas. je l'ai vue avant qu'on l'emporte."

En cas de malheur… » ai-je écrit quelque part. Mon confrère Luciani, à qui je vais envoyer ce dossier, y trouvera peut-être de faire acquitter Mazetti, lui éviter en tout cas une peine trop lourde. Moi je continuerai à défendre des crapules.

« En cas de malheur » - Georges Simenon (1956)

Commenter cet article