Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2 et 3 - BRIGADOON – Vincente Minnelli (1954) – Gene Kelly et Cyd Charisse

Publié le par Laurent Bigot

2 - "Waiting for My Dearie" – Cyd Charisse (doublée par Carol Richards) et Dee Turnell (doublée par Bonnie Murray)

Moins achevé, techniquement, que des films comme Tous en scène (The Band Wagon), ou Chantons sous la pluie (Singin' in The Rain), moins moderne par sa forme, apparemment moins ambitieux que beaucoup d'autres "musicals", Brigadoon est pourtant, exemplairement, un des films les plus personnels de Minnelli, un de ceux où l'on peut le mieux reconnaitre ses thèmes. Peut-être parce qu'essentiellement onirique, permettant donc à la critique de développer à partir de lui ses grandes théories sur l'auteur (et c'est en particulier à partir de Brigadoon qu'une certaine critique française élaborera quelques-unes de ses hypothèses les plus brillantes), Brigadoon occupe une place à part dans l'œuvre de Minnelli. 
MINNELLI « De Broadway à Hollywood » - Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Thierry de Navacelle – ED.  5 continents Hatier (1985)
2 et 3 - BRIGADOON – Vincente Minnelli (1954) – Gene Kelly et Cyd Charisse

3 - "I'll Go Home with Bonnie Jean" – Jimmy Thompson (doublé par John Gustafson), Gene Kelly, Van Johnson and Chorus

Avant d'être un film, Brigadoon, une fois de plus, est un succès de Broadway. En 1947, le Ziegfeld Theatre affichera complet pendant plus de 600 représentations. L'attention d'Arthur Freed avait été attirée par les auteurs, Alan Jay Lerner et Frederick Loewe, dès leur premier succès, The Day Before Spring en 1945. Dès 1948, Lerner est engagé par la Metro et Freed sait qu'il portera un jour Brigadoon à l'écran. Lerner y travaille plus précisément dès 1951, pour Gene Kelly. Freed aurait souhaité faire le film avant Tous en scène (The Band Wagon), avant surtout Invitation to The Danse. Mais après le succès de An American in Paris et de Chantons sous la pluie (Singin' in The Rain), Kelly tenait essentiellement à faire son film sur la danse, son projet le plus ambitieux. Et la préparation proprement dite de Brigadoon ne commencera qu'en 1953. Ces années de retard ont leur importance : en 1953, Minnelli et Kelly manquent un peu d'enthousiasme pour faire un film qui leur semble marquer un recul assez net par rapport à leurs réalisations antérieures. Kelly est devenu lui-même un cinéaste important, et plus autonome qu'avant, par rapport à Minnelli. Brigadoon sera d'ailleurs leur dernière collaboration. 1953 marque également le commencement de la fin d'une époque, celle des grands films musicaux. Les studios n'ont plus la même prospérité, plus tout à fait les mêmes moyens, et il est évident que le départ d'un homme comme Louis B. Mayer de la Metro a des conséquences importantes au niveau de la production. La menace de la télévision se précise, les bénéfices diminuent. Les studios contre-attaquent en se lançant dans des techniques nouvelles comme le cinémascope, le relief et le son stéréophonique. Tout cela va perturber à plus ou moins long terme, la belle organisation de la "Freed Unit". La décision, par exemple, de tourner Brigadoon en cinémascope n'est pas très heureuse. Le tournage sera d'autant plus compliqué qu'il faudra réaliser simultanément deux versions du film, l'une en scope, et l'autre en format normal pour les salles qui ne se sont pas encore modernisées. 
MINNELLI « De Broadway à Hollywood » - Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Thierry de Navacelle – ED.  5 continents Hatier (1985)
2 et 3 - BRIGADOON – Vincente Minnelli (1954) – Gene Kelly et Cyd Charisse

Commenter cet article