Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

3 et 4 - UNE FEMME DISPARAÎT (The Lady Vanishes) – Alfred Hitchcock (1938) – Margaret Lockwood, Michael Redgrave

Publié le par Laurent Bigot

3 et 4 - UNE FEMME DISPARAÎT (The Lady Vanishes) – Alfred Hitchcock  (1938) – Margaret Lockwood, Michael Redgrave

Au matin, les locataires de l'hôtel rejoignent enfin leur train. À la gare, Iris est blessée par un pot de fleurs, poussé d'un rebord de fenêtre. Miss Froy l'aide à s'installer dans le train et l'invite à prendre le thé dans le wagon-restaurant. Après quoi, Iris s'endort sur son siège dans son compartiment assise en face de Miss Froy. À son réveil, Iris ne trouve plus Miss Froy.

Le sommeil est un thème central dans Une Femme disparaît. À l'hôtel, Iris ne peut pas dormir à cause de Gilbert, tandis que Charters et Caldicott doivent partager le même lit, celui d'une employée de l'hôtel. Dans le train, Iris s'endort après avoir reçu une jardinière sur le crâne et plus tard, le Dr Hartz l'incite à se reposer avant de tenter de l'endormir en même temps que Gilbert à l'aide d'une drogue. La recherche de la vérité est entravée par le sommeil. Hitchcock semble nous inviter à rester éveillés face à la situation internationale.

Le sommeil est un thème central dans Une Femme disparaît. À l'hôtel, Iris ne peut pas dormir à cause de Gilbert, tandis que Charters et Caldicott doivent partager le même lit, celui d'une employée de l'hôtel. Dans le train, Iris s'endort après avoir reçu une jardinière sur le crâne et plus tard, le Dr Hartz l'incite à se reposer avant de tenter de l'endormir en même temps que Gilbert à l'aide d'une drogue. La recherche de la vérité est entravée par le sommeil. Hitchcock semble nous inviter à rester éveillés face à la situation internationale.

3 et 4 - UNE FEMME DISPARAÎT (The Lady Vanishes) – Alfred Hitchcock  (1938) – Margaret Lockwood, Michael Redgrave
« Le film anglais le plus populaire de tous les temps »
La rapidité du tournage était due à l'expérience du réalisateur. Hitchcock maniait avec la plus grande facilité les transparences, les maquettes et autres trucages pour lesquels il était passé maître. Cette maîtrise eut également un effet bénéfique sur les acteurs. Michael Redgrave en témoigna : « Chacun savait que la réputation dont Hitchcock jouissait en Angleterre tenait plus au soin qu'il apportait à la préparation et à la partie technique d'un film qu'au travail avec ses acteurs. Le film ne dépendait pas de la prestation de l'un ou de l'autre et, curieusement, cela nous mettait tous à l'aise. En fait, sa propre nonchalance nous facilitait les choses. » Le talent du maître fut-il à l'origine de la vocation de l'acteur? On peut le penser. Redgrave était en effet venu au cinéma pour la première fois aux côtés d'Hitchcock, et son a priori sur le septième art n'était pas mince : « Pour être franc, racontera-t-il, je crois que j'étais un intellectuel snob qui ne voyait pas d’un très bon œil le fait de tourner dans un film. Aucun acteur, aucune actrice digne de ce nom ne s'intéressait au cinéma. » Ce dédain typiquement britannique d'une certaine élite pour l'art cinématographique fut à l'origine du départ du meilleur réalisateur national pour les États-Unis... 
 
3 et 4 - UNE FEMME DISPARAÎT (The Lady Vanishes) – Alfred Hitchcock  (1938) – Margaret Lockwood, Michael Redgrave

Iris questionne tous les passagers du train, jusqu'aux serveurs du wagon-restaurant : tous affirment ignorer de qui elle parle... Seul Gilbert, rencontré en troisième classe, tente de l'aider. Le docteur Hartz, spécialiste du cerveau, affirme qu'Iris est probablement victime d’une hallucination consécutive à son accident. Lors d'un arrêt en gare, Iris et Gilbert guettent Miss Froy, sans succès. Le Dr Hartz fait monter un malade alité, accompagné d'une nonne.

3 et 4 - UNE FEMME DISPARAÎT (The Lady Vanishes) – Alfred Hitchcock  (1938) – Margaret Lockwood, Michael Redgrave
Une Femme disparait sortit à Londres en octobre. Le succès fut immédiat et immense. Le film devint immédiatement, selon les dires de Donald Spoto, « le film anglais le plus populaire de tous les temps ». Aux États-Unis, Une Femme disparait constitua l'événement des fêtes de Noël, et Hitchcock se vit attribuer le prix du meilleur réalisateur décerné par les critiques new-yorkais. Près de soixante-dix ans plus tard, le succès est toujours au rendez-vous quand le film se retrouve à l'affiche. De fait, depuis 1938, l'œuvre a suscité tout un flot de commentaires enthousiastes. 
3 et 4 - UNE FEMME DISPARAÎT (The Lady Vanishes) – Alfred Hitchcock  (1938) – Margaret Lockwood, Michael Redgrave
3 et 4 - UNE FEMME DISPARAÎT (The Lady Vanishes) – Alfred Hitchcock  (1938) – Margaret Lockwood, Michael Redgrave

Commenter cet article