Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

5 - HÔTEL DU NORD (1938) Marcel Carné - Annabella, Arletty, Louis Jouvet, Jean Pierre Aumont

Publié le par Laurent Bigot

5 - HÔTEL DU NORD (1938)  Marcel Carné - Annabella, Arletty, Louis Jouvet, Jean Pierre Aumont

Raymonde (en parlant d’Edmond) : Ah il est organisé faut voir comment. Voyager avec lui c'est un rêve. C't’homme-là dans une gare c'est un autre homme. Il est aux petits soins et tout avec vous. Il vous achète des oranges, il vous les pêle. Il vous allume votre cigarette avant de vous l'offrir. Ah il est imbattable question délicatesse. Il vous explique tout le pays où qu'on passe. C'est là que le grand Charles il a le grand sept, c'est la région des tricards... v'là Lyon où Alphonse a descendu Dédé. Un vrai géographe. Et plus qu'on descend vers la mer, plus il devient tendre. Ah y' sait se tenir en wagon. Avec lui on prend des troisièmes on a l'impression d'être en première. 

La structure du film en boucle amène la reprise symétrique des séquences, de la première à la seconde partie. Au repas de première communion, répond le bal du Quatorze juillet dans l'épilogue. A la tentative de suicide dans la chambre, accompagnée de son lyrisme du désespoir, répond la conversation désabusée sur le pont de la Josyane, à Marseille. A la séquence de l'hôpital, moment de la blessure el de la fausse répudiation amoureuse par Pierre, répond la séquence de la confession en prison, le début de la « cicatrisation» de la blessure el de la phase de résurrection amoureuse. Le centre est même marqué visuellement par un plan rapproché d'une horloge publique qui indique « midi et quart» et embraye, avec la deuxième moitié du cadran, le deuxième mouvement du récit.
Ces deux parties développent très classiquement un processus de dégradation-reformation d'un couple initial. Les orphelins solitaires se marieront sous l'œil attendri des Lecouvreur [« Un bon mariage vaut mieux qu'un mauvais suicide» conclut benoîtement le brave patron de l'hôtel) ; mais l'originalité du récit réside dans l'itinéraire narratif, moral et symbolique des deux protagonistes principaux, Renée et Pierre.
Pierre retrouvera l'amour par le chemin de la lâcheté. Deux séquences au moins, celle de l'hôpital et celle de la prison, développent le masochisme de son auto-culpabilité : « Je suis moche, je suis lâche... », répète-t-il à tous moments. En tant que personnage, il est d'ailleurs caractérisé par la passivité. Il est plus objet que sujet d'un récit dont le véritable sujet est bien entendu Renée, l'héroïne et la star.
C'est Renée qui parle pour Pierre: c'est elle qui viendra le rechercher à sa sortie de prison. Renée est l'enfant qui deviendra femme. Elle trouvera sa place dans l'histoire et dans la structure sociale en se situant par rapport à la « bonne mère », Madame Lecouvreur, et à la « mauvaise mère» Raymonde, et plus secondairement, Ginette. 
Hôtel du Nord – L’Avant-Scène – 1988 (374)  – Les cent sous de Nazarède (Michel Marie)
 
5 - HÔTEL DU NORD (1938)  Marcel Carné - Annabella, Arletty, Louis Jouvet, Jean Pierre Aumont
5 - HÔTEL DU NORD (1938)  Marcel Carné - Annabella, Arletty, Louis Jouvet, Jean Pierre Aumont

Commenter cet article