Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

7 - HÔTEL DU NORD (1938) Marcel Carné - Annabella, Arletty, Louis Jouvet, Jean Pierre Aumont

Publié le par Laurent Bigot

7 - HÔTEL DU NORD (1938)  Marcel Carné - Annabella, Arletty, Louis Jouvet, Jean Pierre Aumont
On a souvent remarqué l'aspect fantasmatique de la séquence marseillaise pour en critiquer l'irréalisme. Celui-ci prend une autre signification si on oppose le Sud comme région du rêve et du mythe (figure récurrente du cinéma français des années trente que l'on retrouve dans Pépé le Moko, Gueule d'Amour, Quai des brumes, etc.) et le Nord comme lieu de la réalité sociale, reconstituée par les célèbres décors d'Alexandre Trauner mais également entremêlés de plans documentaires (ceux de l'écluse, notamment, vus au milieu du film et sur le générique).
Raymonde rêve du voyage vers le Sud, « le pays des oranges » avec un Père doué de tous les pouvoirs « Il vous explique tout dans les pays où l'on passe ». Elle se retrouve en fait avec Prosper Trimault, l'éclusier (Bernard Blier) et elle deviendra « petite reine» d'un prince-enfant et détruit ses propres fantasmes en envoyant le Père à la mort. 
Hôtel du Nord – L’Avant-Scène – 1988 (374)  – Les cent sous de Nazarède (Michel Marie)
Renée : Je te plais ?
Edmond : Ma parole !
Renée : Tu m'aimes ?
Edmond : Puisque tu me plais.
Renée : Me le dirais-tu en face ?
Edmond : Quoi ?
Renée : Que tu m'aimes.
Edmond : Je te l'ai dit.
Renée : Non.
Edmond : Puisque je t'ai dit que tu me plaisais.
Renée : Oh ! C'est pas la même chose.
Edmond : Mais c'est pareil.
Renée : C'est pareil ?
Edmond : Puisque je te le dis.
Renée : Alors dis-le moi.
Edmond : Quoi ? Que tu me plais ?
Renée : Non, que tu m'aimes.
Edmond : C'est pas des mots pour moi. Dire ça à une femme ! Enfin tu te rends compte ?
Renée : Tu n'oses pas.
Edmond : Je n'ose pas, je n'ose pas. Dis aussi que tu m'intimides.
Renée : Nous n'irons pas à Port-Saïd.
Edmond : Je t'aime. Faut'y que j't'aime pour que tu me fasses te le dire... Et toi, tu ne m'as rien dit de pareil.
Renée : Moi… je t’aimerais à Port-Saïd
 
7 - HÔTEL DU NORD (1938)  Marcel Carné - Annabella, Arletty, Louis Jouvet, Jean Pierre Aumont
7 - HÔTEL DU NORD (1938)  Marcel Carné - Annabella, Arletty, Louis Jouvet, Jean Pierre Aumont
Témoignages
 
Marcel Carné : Jacques Prévert, étant en voyage à l'étranger, j'ai demandé à Jean Aurenche que j'aimais beaucoup et avec qui j'avais fait des films de publicité, de faire le scénario. Et nous avons trouvé une très belle histoire. Nous avions pensé à Philip Holmes ce bel Américain, très blond, très en vogue à l'époque. Il arrivait de Suède, dans une péniche. C'était l'histoire d'un hôtel et des locataires pris les uns après les autres. Parmi ceux-ci, il y avait une prostituée et son protecteur, mais c'était secondaire.
Le producteur a été très content de l'histoire, il fallait prendre un dialoguiste. Prévert était à l'étranger, Bost était secrétaire au Sénat et n'était pas libre. Je demande alors Jeanson. Le producteur sursaute et s'exclame: « Ah non, jamais cette canaille! - Mais pourquoi ? - Comment pourquoi ? Vous ne savez pas ce qu'il m'a fait. Il écrivait les dialogues pour les films de Lherbier et quand le film sortait, il m'éreintait dans le Canard enchaîné. » Je raconte l'histoire à Jeanson qui me demande mon scénario. Il le lit et me dit: « Arrange-moi un rendez-vous avec le producteur et tu vas voir. Je te parie qu'il me prend. »
Cela n'a pas été facile mais j'arrive à organiser une rencontre. Au début, l'entretien est assez froid. Sans plus attendre, Jeanson lui dit : « C'est une très belle adaptation. Surtout, il y a deux personnages extraordinaires : la prostituée et son maquereau. »« Très bonne idée », répond le producteur. Les producteurs voient toujours d'un œil très favorable les gangsters, les putes, les maquereaux... Et Jeanson s'est mis au travail. Il a mis toute l'histoire par terre et a développé considérablement ces deux rôles. Nous nous sommes mis très vite d'accord sur Arletty et Louis Jouvet. Elle, je l'avais connue lorsque j'étais assistant sur Pension Mimosas de Jacques Feyder où elle avait deux petites scènes : elle faisait la parachutiste dans un meeting d'aviation. Et j'aimais beaucoup Jouvet que j'avais dirigé dans Drôle de drame. Jeanson ne voulait pas de Jean-Pierre Aumont mais pensait à un acteur pas très connu qui n'a d'ailleurs pas fait d'étincelles par la suite. Il travaillait avec Jean Aurenche à côté de Deauville et j'allais les voir deux fois par semaine. Voyant comment le scénario avançait, je leur dis « Attention, c'est le film d'Annabella ! » Il me répliquait à chaque fois : « Ne t'en fais pas, cela va aller ! »
Finalement, j'ai le scénario. Le producteur est ravi, mais moi, j'hésitais. Jouvet en maquereau de bas-étage (c'était un peu hasardeux), Arletty n'avait rien fait d'important, seulement des petits rôles de femme en petite tenue dans des vaudevilles de boulevard et je n'avais pas un espoir prodigieux dans Annabella el Jean-Pierre Aumont. D'autant que Jeanson n'en voulant pas, avait écrit leurs dialogues n'importe comment.
Annabella a lu le scénario et n'a rien dit. Et la scène du suicide raté, dans la chambre au début, ils l'ont vraiment jouée avec toute leur âme. Moi, je trouvais la scène un peu longue. Et quand j'ai montré le film terminé aux machinistes, comme cela se faisait à l'époque, certains m'ont, eux aussi fait celle remarque. Mais, que voulez-vous, je faisais le film d'Annabella, je ne pouvais pas tout couper. 
Hôtel du Nord – L’Avant-Scène – 1988 (374) – La modestie des artisans, entretiens avec Marcel Carné et Alexandre Trauner (Jacques Kermabon)
7 - HÔTEL DU NORD (1938)  Marcel Carné - Annabella, Arletty, Louis Jouvet, Jean Pierre Aumont

Commenter cet article