Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BUSBY BERKELEY

Publié le par Laurent Bigot

BUSBY BERKELEY

Célèbre pour ses prises de vues vertigineuses et ses pyramides de « girls », ce réalisateur venu de Broadway a fait partie des grands pionniers de la comédie musicale américaine. Pour certains historiens du cinéma Berkeley est même l'inventeur de la comédie musicale «made in Hollywood». 

Gold Diggers of 1933 (Chercheuses d'or de 1933) réalisé par Mervyn LeRoy et Busby Berkeley pour les numéros musicaux. Avec Dick Powell, Ruby Keeler, Joan Blondell, Aline MacMahon et Ginger Rogers.

Gold Diggers of 1933 (Chercheuses d'or de 1933) réalisé par Mervyn LeRoy et Busby Berkeley pour les numéros musicaux. Avec Dick Powell, Ruby Keeler, Joan Blondell, Aline MacMahon et Ginger Rogers.

Enfant de la balle, William Berkeley naît en 1895 dans une famille d'acteurs de Los Angeles. Lui-même monte sur scène dès l'âge de cinq ans pour jouer la comédie. Mais c'est vers la danse qu'il s'oriente ensuite, devenant au début des années 20 un chorégraphe en vogue. On dit parfois que les numéros qu'il met au point pour les revues dc music-hall sont inspirés de son expérience de soldat lors de la Première Guerre mondiale. Berkeley (qu'on surnomme désormais Busby) affectionne en effet les « mouvements de troupe », faisant effectuer aux danseuses des figures parfaitement géométriques. Très apprécié, il signe de nombreuses chorégraphies à Broadway, et en 1930, sa réputation incite le producteur Samuel Goldwyn à le faire venir à Hollywood.
Ziegfeld Girl (La Danseuse des Folies Ziegfeld), 1941, de Robert Z. Leonard et Busby Berkeley pour les numéros musicaux. Avec Lana Turner, Judy Garland, Hedy Lamarr et James Stewart.

Ziegfeld Girl (La Danseuse des Folies Ziegfeld), 1941, de Robert Z. Leonard et Busby Berkeley pour les numéros musicaux. Avec Lana Turner, Judy Garland, Hedy Lamarr et James Stewart.

Vertiges
La caméra devient alors un outil formidable entre les mains de Berkeley. Alors qu'il devait se contenter au théâtre du « point de vue de la salle », le chorégraphe multiplie les angles de prises de vues. Il aime particulièrement placer l'appareil à la verticale, ce qui lui permet de créer ses fameux kaléidoscopes humains. Alternant également gros plans et plans d'ensemble, il invente en fait au début des années 30 toute la grammaire de la comédie musicale hollywoodienne. Comme le public se montre très friand de ces numéros toujours plus spectaculaires, la Wamer Bros met à sa disposition un immense plateau où il peut laisser libre cours à son imagination. Et à partir de 1934, Berkeley ne se contente plus de diriger des séquences musicale, mais devient réalisateur à part entière, avec des films baroques comme Dames et Chercheuses d'Or.
They made me a criminal (Je suis un criminel), 1939, de Busby Berkeley. Avec John Garfield, Claude Rains, Ann Sheridan, Gloria Dickson et Leo Gorcey

They made me a criminal (Je suis un criminel), 1939, de Busby Berkeley. Avec John Garfield, Claude Rains, Ann Sheridan, Gloria Dickson et Leo Gorcey

Grandeur et décadence
En 1939, Busby Berkeley prouve qu'il peut changer de registre en signant le polar Je suis un criminel. Mais la MGM le remet vite dans le « droit chemin » en lui faisant diriger la jeune Judy Garland dans Place au rythmeDébuts à Broadway, et Pour moi et ma mie (avec Gene Kelly). Le cinéaste commence également en 1943 le tournage de Girl Crazy, mais se voit remercié suite à des tensions avec la star. Il met alors en scène la sémillante Carmen Miranda dans Banana Split, un sommet du kitsch. Mais après la guerre, le style Berkeley paraît un peu démodé. Match d’Amour s’avère son dernier film en tant que réalisateur, et il reprend ensuite sa place de chorégraphe (la MGM lui confie notamment certaines séquences des films d'Esther Williams). Oublié pendant toute une décennie, Berkeley fera tout de même un retour triomphal à Broadway en 1970, avant de s'éteindre six ans plus tard à « Palm Springs ».
Million Dollar Mermaid (La Première sirène), 1952, de Mervyn LeRoy et Busby Berkeley pour les numéros musicaux. Avec Esther Williams, Victor Mature et Walter Pidgeon.

Million Dollar Mermaid (La Première sirène), 1952, de Mervyn LeRoy et Busby Berkeley pour les numéros musicaux. Avec Esther Williams, Victor Mature et Walter Pidgeon.

Commenter cet article