Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Howard Hawks

Publié le par Laurent Bigot

Howard Hawks
Howard Winchester Hawks naît le 30 mai 1896 à Goshen, Indiana. A cause de l'asthme de la mère de Hawks, la famille s'installe en 1906 en Californie, où l'air est plus chaud et plus sec. Presque au même moment, les compagnies de cinéma entament elles aussi leur «conquête de l'Ouest », trouvant à Hollywood un climat qui permet de tourner des films toute l'année. Howard Hawks fait ses études au lycée de Pasadena, puis obtient un diplôme d'ingénieur à Cornell University. 1917 est une année charnière : il commence à travailler comme accessoiriste pour la Famous Players-Lasky, sur les films de Mary Pickford, puis rejoint l'armée en tant qu'instructeur d'aviation. Les films et les avions, deux passions qu'il combinera souvent des années plus tard.
 
Howard Hawks et Angie Dickinson

Howard Hawks et Angie Dickinson

Au début des années 20, Hawks, qui exerce alors les fonctions de monteur ou d'assistant, partage une maison à Hollywood avec des jeunes gens comme Allan Dwan ou Irving Thalberg. Ce dernier le recommande à Jesse Lasky, alors à la recherche de quelqu'un pour diriger le département littéraire de la Famous Players. Pendant deux ans, Hawks supervise l'écriture de chaque scénario développé par la compagnie, bientôt rebaptisée Paramount.
En 1926, il rejoint la Fox et y réalise son premier film, L'Ombre qui descend (The Road to Glory), ainsi que sept autres en trois ans, la plupart muets. Poings de fer, cœur d'or (A Girl in Every Port, 1928) inaugure un motif que Hawks ne cessera d'exploiter par la suite, celui d'un parcours et d'une amitié entre deux hommes (souvent menacés, ou tout du moins ébranlés par l'amour pour une même femme), motif que l'on retrouvera dans des films tels que Les Chemins de la gloire (The Road to Glory, 1935), ou La Captive aux yeux clairs (The Big Sky, 1948), et inversé (histoire d'amitié entre deux femmes) dans Les Hommes préfèrent les blondes (1953).
Howard Hawhs, Cary Grant et Katharine Hepburn dans L'Impossible Monsieur Bébé (Bringing up Baby) - Howard Hawks (1938)

Howard Hawhs, Cary Grant et Katharine Hepburn dans L'Impossible Monsieur Bébé (Bringing up Baby) - Howard Hawks (1938)

Pour Scarface (1932), Hawks fait la connaissance de deux personnages importants : le scénariste Ben Hecht, avec qui il partage un amour des histoires bien racontées, et le producteur Howard Hughes, dont il croisera souvent la route au cours des années, et avec qui il entretiendra une relation chaotique, la folie du producteur mégalomane faisant de ce dernier tantôt un allié, tantôt un ennemi redoutable.
La Patrouille de l'aube joue déjà sur l'alternance entre mouvement (action pure) et le statisme (scènes de rencontre), mais c'est avec Seuls les anges ont des ailes que se définit réellement le style de Hawks, maîtrise et élégance, vitesse et surplace, finesse, voire délicatesse des rapports entre les personnages, que l’on retrouvera tout au long de sa filmographie, et qui fait de lui l'auteur de films très vite reconnu par les jeunes critiques des Cahiers du Cinéma comme une des figures de proue de la « politique des auteurs », certains d'entre eux (comme Jacques Rivette) s'auto-proclamant d'ailleurs « hitchcocko-hawksiens». Pourtant, en Amérique, on ne voit en Hawks de son vivant qu'un bon réalisateur capable de toucher à tous les genres en alignant les succès commerciaux, mais jamais un auteur dont tes thèmes et le style dictent les choix de manière constante et réfléchie.
Rio Bravo (1959)

Rio Bravo (1959)

Chez Howard Hawks, le choix de l'acteur même est une question de ligne. Ainsi, le cinéaste réussit l’alliance avec trois grands acteurs :
Humphrey Bogart pour le film noir (Le Port de l'angoisseLe Grand Sommeil), Cary Grant pour la comédie (L'Impossible Monsieur BébéLa Dame du vendrediChérie, je me sens rajeunir) et John Wayne pour te western (La Rivière RougeRio BravoEl Dorado, Rio Lobo), allant même avec ce dernier jusqu'à faire trois fois le « même» film.
Howard Hawks s'éteint le 26 décembre 1977 à Palm Springs. 

Jérôme Larcher – Les Cahiers du Cinéma 

Howard Hawks
Filmographie :
 
1926 : The Road to Glory
1926 : Sa Majesté la Femme (Fig Leaves)
1927 : Si nos maris s'amusent (The Cradle Snatchers)
1927 : Princesse sans amour (Paid to Love)
1927 : L'Insoumise (Fazil)
1928 : Une fille dans chaque port (A Girl in Every Port)
1928 : Les Rois de l'air (The Air Circus)
1929 : L'Affaire Manderson (Trent's Last Case)
1930 : La Patrouille de l'aube (The Dawn Patrol)
1931 : Le Code criminel (Criminal Code)
1932 : La Foule hurle (The Crowd Roars
1932 : Scarface (Scarface : the Shame of a Nation)
1932 : Le Harpon rouge (Tiger Shark)
1933 : Après nous le déluge (Today we live)
1934 : Train de luxe (Twentieth Century)
1935 : Ville sans loi (Barbary Coast)
1936 : Brumes (Ceiling Zero)
1936 : Les Chemins de la gloire (The Road to Glory)
1936 : Le Vandale (Come and Get It)
1938 : L'Impossible Monsieur Bébé (Bringing Up Baby)
1941 : Sergent York (Sergeant York)
1941 : Boule de feu (Ball of Fire)
1943 : Air Force
1946 : Le Grand Sommeil (The Big Sleep)
1948 : La Rivière rouge (Red River)
1949 : Si bémol et fa dièse (A Song Is Born)
1949 : Allez coucher ailleurs (I Was a Male War Bride)
1952 : La Captive aux yeux clairs (The Big Sky)
1952 : La Sarabande des pantins (O. Henry's Full House, partie The Ransom of Red Chief)
1955 : La Terre des pharaons (Land of the Pharaohs)
1959 : Rio Bravo
1962 : Hatari ! (Hatari!)
1964 : Le Sport favori de l'homme (Man's Favorite Sport)
1965 : Ligne rouge 7000 (Red Line 7000)
1966 : El Dorado
1970 : Rio Lobo
Howard Hawks
Howard Hawks
Howard Hawks
Howard Hawks
Howard Hawks
Howard Hawks

Commenter cet article