Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

7 et 8 - LE CAVE SE REBIFFE – Gilles Grangier (1961) – Jean Gabin, Bernard Blier, Maurice Biraud, Martine Carol, Françoise Rosay

Publié le par Laurent Bigot

Je connais ton honnêteté mais je connais aussi mes classiques. Depuis Adam se laissant enlever une côte jusqu'à Napoléon attendant Grouchy, toutes les grandes affaires qui ont foiré étaient basées sur la confiance.

« Chaque fois que, pour les besoins d'un film, j'embarquais Gabin, type difficile à vivre, j'appelais Blier, raconte le réalisateur Gilles Grangier. Un bon "pensionnaire", Blier, un homme sur lequel je pouvais compter. Un bonhomme sûr de lui et de son talent aussi, mais qui ne roulait pas des mécaniques.» Le tandem se retrouve une fois de plus à l'affiche du Cave se rebiffe, un scénario troussé par Michel Audiard (en douze jours !) en se concentrant plus particulièrement sur une phrase du roman d'Albert Simonin qu'il adapte avec son au tour : « C'est drôle : on charrie le cave, on le charrie pendant des années puis un jour, sans qu'on s'y attende, le cave se rebiffe.» Une sorte de déclaration d'intention qui donnera son titre à ce film d’abord intitulé Le « Dabe » se rebiffe et permettra au dialoguiste de déclarer : « On a gardé juste la page 114 du bouquin pour éviter de faire la suite de Touchez pas au grisbi». A propos de son travail sur ce film en particulier, Audiard tiendra à apporter la précision suivante à ceux qui assimilent sa prose à de l'argot : «Si les gens du milieu parlaient comme j’écris, ils ne se comprendraient pas entre eux. » 
Bernard Blier, un homme façon puzzle – Jean-Philippe Guerand – Ed Robert Laffont (2009)
7 et 8 - LE CAVE SE REBIFFE – Gilles Grangier (1961) – Jean Gabin, Bernard Blier, Maurice Biraud, Martine Carol, Françoise Rosay
7 et 8 - LE CAVE SE REBIFFE – Gilles Grangier (1961) – Jean Gabin, Bernard Blier, Maurice Biraud, Martine Carol, Françoise Rosay
7 et 8 - LE CAVE SE REBIFFE – Gilles Grangier (1961) – Jean Gabin, Bernard Blier, Maurice Biraud, Martine Carol, Françoise Rosay
7 et 8 - LE CAVE SE REBIFFE – Gilles Grangier (1961) – Jean Gabin, Bernard Blier, Maurice Biraud, Martine Carol, Françoise Rosay

Mais avec votre papelard à dix sacs la rame, vous pourrez toujours vous établir marchand de papier, ou vous en servir à ce que je pense, comme ça vous liquiderez votre stock !

Marié à Martine Carol, alors en perte de vitesse et dont ce sera le dernier succès, Bernard Blier campe cette fois Charles Lepicard, «un patron de claque que la police a contraint à fermer boutique et qui survit au milieu de ses décors de mauvais goût (la chambre "Versailles", le chalet suisse, le palais chinois)». Quant au fameux «Dabe » qu'incarne Gabin, Grangier déclarera à son propos : « Le rôle principal dans le bouquin, c'est beaucoup plus un Bernard Blier qu'un Jean Gabin.» Reste que c'est sur ce dernier que se monte le projet, comme d'habitude, et que c'est le privilège des stars que de pouvoir s'autoriser certains caprices. Surtout quand l'auteur déclare trouver l'adaptation supérieure à son livre, ce qui sera le cas d'Albert Simonin. Autre évènement peu banal, avant même le début du tournage, Gabin et Blier s’entendent pour déclarer que, malgré leur longue collaboration couronnée de succès, ils ont décidé d’y mettre un terme pour ne pas lasser le public et ne pas «devenir les Morelon et Trentin du cinéma français», référence à un célèbre tandem cycliste qui parlait tout particulièrement à Audiard. 
Bernard Blier, un homme façon puzzle – Jean-Philippe Guerand – Ed Robert Laffont (2009)
7 et 8 - LE CAVE SE REBIFFE – Gilles Grangier (1961) – Jean Gabin, Bernard Blier, Maurice Biraud, Martine Carol, Françoise Rosay7 et 8 - LE CAVE SE REBIFFE – Gilles Grangier (1961) – Jean Gabin, Bernard Blier, Maurice Biraud, Martine Carol, Françoise Rosay
Le 26 août 1961, avec bientôt près de cinq cent mille entrées dans les salles de première exclusivité Le Cave se rebiffe bat des records d’affluence, il se classera septième au box-office des  recettes de l'année. À lire la prose des critiques, Gabin «sauve » le film : «Cela ne va pas très loin, écrit l'un d'eux. Pendant les vingt premières minutes, on s'ennuie même ferme. Puis apparaît Gabin et ce diable de comédien commence à distiller les bons mots d'Audiard et cela devient un agréable passe-temps.
JEAN GABIN INCONNU – Jean-Jacques Jelot-Bkanc – Ed. Flammarion (2014)
7 et 8 - LE CAVE SE REBIFFE – Gilles Grangier (1961) – Jean Gabin, Bernard Blier, Maurice Biraud, Martine Carol, Françoise Rosay

Commenter cet article