Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock

Publié le par Laurent Bigot

Le champion de tennis Guy Haines pense que Bruno Anthony plaisante lorsqu'il lui propose un échange de meurtres. Pourtant, la machine infernale est déjà lancée et s'emballe, tourbillonnante.

Le champion de tennis Guy Haines pense que Bruno Anthony plaisante lorsqu'il lui propose un échange de meurtres. Pourtant, la machine infernale est déjà lancée et s'emballe, tourbillonnante.

Basé sur un roman de Patricia Highsmith et, à l'origine, mis en forme par Raymond Chandler, L'Inconnu du Nord-Express ne doit pourtant ses qualités qu'à Alfred Hitchcock. Après avoir écarté le travail de son scénariste, le réalisateur reprit les choses en main de manière magistrale, montrant une fois de plus de quoi il était capable, seul. Ce film réalisé avec maestria, d'une rigueur cinématographique absolue, est une des œuvres les plus populaires d'Hitchcock. 
Alfred Hitchcock et sa fille Patricia, sur le tournage de Strangers on a Train

Alfred Hitchcock et sa fille Patricia, sur le tournage de Strangers on a Train

Les deux films qu'Hitchcock tourna à Londres durant une parenthèse anglaise, Les Amants du Capricorne (1949) et Le Grand AlibI (1950), connurent des échecs publics retentissants. En ce début des années 1950, le réalisateur devait rebondir à nouveau, comme il l'avait déjà fait au début des années 1930, après Le Chant du Danube (1933), avec la remontée de L'Homme qui en savait trop (1934), et comme il le fera encore une fois quand, à la fin de sa vie, il réalisera Frenzy (1973) après les échecs du Rideau déchiré (1966) et de L'Etau (1969). En signant L'Inconnu du Nord-Express, non seulement Hitchcock réalisa un rétablissement spectaculaire, mais surtout, il signa un des chefs-d'œuvre les plus caractéristiques de ses films noirs. 
1 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock
Les prémices du film : Au début de l'année 1950, Hitchcock découvrit avec enthousiasme le premier roman de Patricia Highsmith (1921-1995) : Strangers on aTrain. Le livre comportait tous les éléments pour faire « un Hitchcock » : intrigue plus psychologique que policière, double meurtre, homosexualité latente des personnages. De l'œuvre de la romancière, il ne restera pourtant plus grand chose après que Raymond Chandler et Czenzi Ormonde eurent travaillé, sous l'égide du réalisateur, à l'écriture du scénario. A son habitude, Hitchcock imposa les scènes qu'il avait imaginées, et qui modifièrent l'histoire originale, faisant de Guy un joueur de tennis (idée du double et de l'échange) et supprimant la scène où, dans le roman Guy tue le père de Bruno. 
1 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock1 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock
1 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock1 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock
Conversation entre deux inconnus
Deux pieds, puis deux autres : la caméra suit deux inconnus jusqu'à un train, en cachant leurs visages. Ce n'est que lorsque leurs pieds se rencontrent que les deux hommes se saluent. Bruno Anthony s'intéresse au célèbre joueur de tennis Guy Haines et semble tout savoir de sa vie.
 
La théorie de l’échange de meurtres
Guy dîne dans la cabine de Bruno. Ce dernier, très curieux de la vie de Guy qui veut divorcer de sa femme pour en épouser une autre, propose un échange de meurtres : il tue la femme de Guy, et Guy tue le père de Bruno. Guy croit à une plaisanterie et quitte la cabine en oubliant son briquet. 

Bruno : Qu’est-ce qu’une vie ou deux, Guy ? Certaines personnes valent mieux mortes ! Comme votre femme et mon père, par exemple… Oh, ça me rappelle la merveilleuse idée que j’ai eu une fois… elle m’est venue toute seule, en dormant la nuit : sécurité totale. Maintenant, disons que vous, vous aimeriez vous débarrasser de votre femme… (…) Ecoutez ! C’est tellement simple, en plus : deux types se rencontrent accidentellement, comme vous et moi ; aucun lien entre eux, et ils n’ont jamais été vus ensemble auparavant… chacun à un personne dont il aimerait être débarrassé… alors ils changent de meurtre ! (…) Chaque type exécute le meurtre de l’autre type, et aucune connexion entre eux ! Chacun a tué un parfait inconnu… comme si vous faites mon meurtre et que je fais le vôtre…

1 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock
Da A à G
Dès les premières minutes du film, Hitchcock nous habitue au briquet de Guy, qui jouera un si grand rôle dans l'histoire. A l'occasion d'un plan sur Bruno, il place habilement l'objet au premier plan. Les initiales du briquet « A à G » peuvent se lire d'Ann à Guy, mais aussi d'Anthony à Guy. Quant au symbole des deux raquettes croisées, il résume à lui seul toute l'intrigue, qui est basée sur l'échange et le double. Le mot crisscross (« entrecroiser ») reviendra à plusieurs reprises dans le film. 
1 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock
1 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock

Commenter cet article