Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock

Publié le par Laurent Bigot

2 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock
Une idée en tête
 
Lorsqu'Hitchcock choisit d'adapter le roman de Patricia Highsmith, il avait vraisemblablement déjà en tête une grande partie du résultat cinématographique qu'il comptait extraire de l'œuvre de la romancière. La première mouture du projet, sous la forme d'un synopsis, fut écrite par le réalisateur lui-même avec Whittield Cook en juin 1950. Restait à trouver quelqu'un capable d'en tirer un véritable scénario, comme l'expliquera plus tard Hitchcock : « Je me souviens de mon travail sur L'Inconnu du Nord-Express. Je ne trouvais personne qui voulût collaborer avec moi. Tout le monde pensait que mon premier jet était à la fois si plat et si proche des faits qu'on n'y trouvait pas la moindre qualité. En réalité, tout le film était là, visuellement. » Suggéré par la Warner, le romancier Raymond Chandler (1888-1959) fut convié à se mettre à la tâche. Malgré ses qualités d'écrivain (ou à cause d'elles), sa collaboration avec Hitchcock s'avéra désastreuse. Il supportait mal la méthode de travail du réalisateur, qui arrivait avec des idées visuelles en tête et qui les lui soumettait sans trop se soucier de cohérence narrative. Chandler, agacé, lança : « Hitchcock pense que lorsqu'on remue assez de vent et qu'on fait assez de bruit, personne ne vous demande ni où vous allez ni pourquoi », tout en reconnaissant pourtant que « évidemment, c'est Hitchcock et il est vrai qu'un film d'Hitchcock a toujours quelque chose.» Finalement, leur travail ne put aboutir. Les deux versions du scénario remises par Chandler au milieu de l'été et à la fin de septembre ne convainquirent personne, pas même la production qui menaça de stopper là le film... Chandler fut remercié.
2 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock
Le premier Jour de tournage, Hitchcock, superbe, laissa tomber le scénario de l'écrivain dans une corbeille à papier et déclara qu'il fallait recommencer « à la page numéro 1.» En toute hâte, il fit appel à Czenzi Ormonde qui, aidée de Barbara Keon, allait, en se basant sur la première mouture d'Hitchcock, réécrire le scénario, qui ne fut finalisé qu'un mois après le début du tournage.
 
Pendant ce temps, tout un travail commença avec les acteurs. Hitchcock fit touner un bout d'essai à sa fille : il le Jugea «correct» et lui accorda le rôle de Barbara Morton, la sœur de la fiancée de Guy. Le personnage de Bruno demanda plus de travail. Avec son Interprète Robert Walker, un ami de la famille, le réalisateur mit au point tous les gestes du personnage qui devaient évoquer son homosexualité sans attirer les foudres de la censure. L'acteur travailla intensément le personnage de Bruno Anthony - et tout le monde s'accorda ensuite pour reconnaître la qualité de son interprétation. Seules les intrigues des studios empêchèrent une nomination aux oscars de Walker, qui connut un destin tragique. Il mourut quelques mois après la sortie de L'Inconnu du Nord-Express, alors qu'il travaillait sur My Son John de Leo McCarey. Hitchcock accorda alors à McCarey le droit d'utiliser les bobines inutilisées de son propre film pour terminer My Son John
 
2 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock
2 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock2 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock
2 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock2 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock
Guy descend du train à Metcalf et retrouve sa femme Miriam. Ils doivent voir un avocat pour le divorce, mais, après avoir demandé de l'argent pour cela, Miriam annonce qu'elle refuse de divorcer et entend reprendre sa vie avec Guy, bien qu'elle porte l'enfant d'un autre. Une dispute s'engage. Excédé, Guy appelle sa fiancée Ann Morton, lui annonce que Miriam refuse le divorce et qu'il « pourrait l'étrangler ». De son côté, Bruno, se rend chez ses parents. Il a une altercation avec son père montrant la haine qu’il lui porte. Bruno se rend à Metcalf où il trouve Miriam, qui sort accompagnée de deux hommes, et la suit jusqu’à la fête foraine.
2 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock
Jeu de mains
De même qu'en peinture deux couleurs mises côte à côte s'influencent réciproquement, l'enchaînement de deux images différentes donne à chacune d'elles une signification supplémentaire. Ainsi, les mains de Bruno, qui apparaissent en gros plan juste après que Guy eut crié qu'il voudrait bien tordre le cou de Miriam, se chargent d'un aspect effrayant. Un tel montage évoque aussi le lien qui unit Guy et Bruno : les mains peuvent être prises dans un premier temps pour celles de Guy. 
2 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock
Croûte expressive
Collectionneur d'art, Hitchcock utilise ses connaissances en la matière pour donner plus de poids à ses œuvres. Les tableaux qui apparaissent dans ses films ne sont jamais là par hasard. Il demanda à son décorateur de s'inspirer du peintre expressionniste américain Abraham Rattner (1895-1978) pour réaliser le portrait peint par la mère de Bruno. Dans l'environnement bourgeois des Anthony où trônent portraits pompiers et scènes de genre, la force expressive de la toile apparaît dans toute sa violence, soulignant la folie de la mère et la haine de Bruno pour son père. 
 

Passage à l’acte. A la fête foraine, Bruno fait, de loin, du charme à Miriam qui se prête aussitôt au jeu. Il suit les trois jeunes gens jusqu'à l'île magique, lieu isolé de rendez-vous des amoureux au milieu d'un lac. Là, il retrouve Miriam, l'aborde en s'assurant qu'elle est bien celle qu'il cherche et l'étrangle.

2 - STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) – Farley Granger, Robert Walker, Ruth Roman – Patricia Hitchcock

Commenter cet article