Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

3 - FRENCH CANCAN – Jean Renoir (1954) – Jean Gabin, Françoise Arnoul, Maria Félix, Giani Esposito

Publié le par Laurent Bigot

L’histoire : La Belle Abbesse achève de parader à demi-nue devant son public du paravent chinois. Danglard, son directeur et amant, l'emmène danser à la« Reine Blanche », un cabaret fréquenté par des ouvriers. Il croise une jeune lavandière, Nini, venue se distraire en compagnie de son fiancé, Paulo, apprenti boulanger. Jalouse, la Belle Abbesse fait un scandale et refuse de rentrer avec le baron Walter, son amant en titre et financier de Danglard. Walter lance ses créanciers sur Danglard. Mais celui-ci a une idée : racheter la « Reine Blanche» et en faire un cabaret de masse, le Moulin-Rouge, où les rupins côtoieront les mauvais garçons. Il engage Nini pour danser le French Cancan. Les répétitions commencent. Le jour de la pose de la première pierre, la Belle Abbesse aperçoit la jeune fille et fait un scandale. Danglard est bousculé par Paulo et se retrouve à l'hôpital. Walter coupe de nouveau les crédits. 
3 - FRENCH CANCAN – Jean Renoir (1954) – Jean Gabin, Françoise Arnoul, Maria Félix, Giani Esposito
Lapin à la moutarde
Françoise Arnoul a décrit les retrouvailles des deux monstres sacrés sur le plateau de French Cancan : « Renoir et Gabin se connaissaient par cœur et ils avaient une vraie complicité. Ils s'aimaient, ils se respectaient, ils s'admiraient mutuellement. L'émotion était palpable. Et Gabin avait beaucoup de plaisir à proposer des choses. Quand à la fin du spectacle il bat la mesure de la musique avec ses jambes tout en restant assis, c'était une impro. Et Renoir était ravi». De son côté, le cinéaste a raconté avec quel plaisir il avait retrouvé son vieux complice, qui était si décontracté qu'il pouvait très bien, entre deux prises, expliquer une recette de cuisine à Dido Renoir, son épouse : « il s'interrompait pour aller tourner, jouait magnifiquement sa scène, puis revenait et reprenait sa recette à l'exact endroit où il l'avait laissée, passant de son rôle au lapin à la moutarde sans aucune difficulté». Dans un autre registre, le cinéaste se souviendra aussi de la séquence où Nini et Lola en viennent aux mains : « Françoise Arnoul involontairement écorcha Maria Felix avec son bracelet. La lutte dégénéra en une véritable bataille. (...) Les caméras étaient prêtes et filmèrent la scène, que je pus interrompre avant qu'il ne soit nécessaire d'appeler une ambulance »... 
Collection Gabin -  Eric Quéméré – 2005
 
3 - FRENCH CANCAN – Jean Renoir (1954) – Jean Gabin, Françoise Arnoul, Maria Félix, Giani Esposito
Lors de la préparation du film, Renoir souhaitait Arletty pour incarner la rivale, la danseuse espagnole Lola de Castro. Mais une fois encore, Deutch préfère la sensuelle actrice mexicaine Maria Félix, de réputation internationale après le triomphe de Messaline et de La Belle Otero. Sur le plateau, entre les deux vedettes féminines du film, Maria Félix et Françoise Arnoul, apparaitit une sourde rivalité et bientôt un violent antagonisme à l’occasion d'une scène dans laquelle Arnoul doit la gifler. Elles ne s’adressent plus la parole. Gabin se réjouit de la situation, assiste au spectacle et parfois commente la scène : « Aujourd'hui, je prends un fauteuil comme pour assister à un combat de boxe !  rapporte son partenaire Michel Piccoli. En réalité, Gabin était un joyeux luron quand il se lâchait... » Certains autres jours, il reprend son air renfrogné auprès de Renoir qu'il persiste à vouvoyer malgré de vains «mon cher Jean» à son égard ! 
Jean Gabin inconnu – Jean-Jacques Jelot-Bkanc – Ed. Flammarion (2014) 
3 - FRENCH CANCAN – Jean Renoir (1954) – Jean Gabin, Françoise Arnoul, Maria Félix, Giani Esposito
Maria Félix
Nul doute que le film le plus romanesque de cette diva mexicaine fut celui de sa vie. Son nom de naissance lui-même est déjà tout un programme : née probablement en 1914 dans une famille de seize enfants, Maria de Los Angeles Felix Guerena fait ses débuts en 1942, au sein d'un cinéma mexicain florissant. Dès l'année suivante, elle accède au statut de vedette grâce au film Dona Barbara, qui lui vaut d'être désormais surnommée « La Dona », en raison de son caractère bien trempé. L'actrice va alors régner deux décennies durant sur l'Amérique Latine, où elle a pour seule rivale Dolores del Rio. Mais contrairement à celle-ci, Maria Felix ne fera pas carrière à Hollywood, refusant même d'apprendre l'anglais. Elle tente en revanche l'aventure européenne, tournant dans les années 50 sous la direction de l'Italien Carmine Gallone (Messaline), l'Espagnol Luis Buñuel (La fièvre monte à El Pao) et les Français Richard Pottier (La Belle Otero), Jean Renoir (French Cancan) et Yves Ciampi (Les héros sont fatigués). Mais « La Dona », disparue en 2002, restera finalement plus connue pour son glamour tapageur, ses frasques et ses quatre mariages, que pour sa prolifique carrière... 
 
3 - FRENCH CANCAN – Jean Renoir (1954) – Jean Gabin, Françoise Arnoul, Maria Félix, Giani Esposito

Commenter cet article