Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

5 - HELLZAPOPPIN – H. C. Potter (1941) – Ole Olsen, Chic Johnson, Martha Raye

Publié le par Laurent Bigot

Martha Raye, connue pour sa personnalité haute en couleurs autant que pour ses rôles, la virago d'Hellzapoppin a marqué de son empreinte la comédie musicale loufoque, son genre de prédilection.
 

Watch The Birdie (interprété par Martha Raye et The Six Hits)

5 - HELLZAPOPPIN – H. C. Potter (1941) – Ole Olsen, Chic Johnson, Martha Raye
Enfant de la balle, Martha Raye voit le jour en 1916 dans une ville du Montana où se produisent ses parents, artistes de cabaret. La fillette les rejoint sur scène dès l'âge de trois ans, et, hormis un bref passage à la ProfessionaJ Children School de New York, c'est sur les planches qu'elle grandit. À la fois chanteuse de jazz et actrice burlesque, la jeune fille se fait d'abord connaître au music-hall et à la radio. Repérée dans un spectacle par le cinéaste Norman Taurog, elle se voit engagée à l'âge de vingt ans pour donner la réplique aux stars Bing Crosby ct Frances Farmer dans la comédie musicale Rythm on the Range. Le tempérament qu'elle y révèle lui vaut de devenir d'emblée une actrice comique recherchée, qu'on engage pour jouer face aux maîtres du genre. Elle a ainsi pour comparses George Burns et Gracie Allen (College Swing), W.C Fields (The Big Broadcast of 1938), Abbott et Costello (Deux nigauds aviateurs) et, bien sûr, Olsen & Johnson (Hellzapoppin).
5 - HELLZAPOPPIN – H. C. Potter (1941) – Ole Olsen, Chic Johnson, Martha Raye
S'il lui arrive de tenir des premiers rôles romantiques, comme dans Quitte ou double face à Bing Crosby, le physique de Martha Raye (on la surnomme « The Big Mouth », la grande bouche) la cantonne souvent aux emplois de faire-valoir comiques, que ce soit au profit de Dorothy Lamour (La Belle de Mexico) ou de Betty Grable (Pin Up Girl). L'actrice vole en revanche la vedette à ses partenaires dans l'adaptation de The Boys from Syracuse, un musical de Rodgers et Hart. Pendant la Seconde Guerre, cette star du rire se consacre avec fougue au théâtre aux armées, ce qui la rend plus populaire encore (elle fera de même lors des interventions américaines en Corée et au Vietnam). Charlie Chaplin la choisit en 1947 pour jouer à ses côtés dans Monsieur Verdoux, chef-d'œuvre d'humour noir où elle livre sa meilleure prestation. Martha Raye ne tourne pourtant ensuite qu'une poignée de films, dont Jumbo, lu sensation du cirque. Elle se consacre surtout à la télévision, où elle anime sa propre émission en 1954, et au théâtre, où elle reprend en 1967 le rôle principal d'Hello, Dolly ! Aussi fougueuse à la ville qu'à l'écran (elle se mariera sept fois), l'actrice reste une figure appréciée des médias jusqu'à sa mort, survenue en 1994 à Los Angeles.
5 - HELLZAPOPPIN – H. C. Potter (1941) – Ole Olsen, Chic Johnson, Martha Raye

Commenter cet article