Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

7 - HELLZAPOPPIN – H. C. Potter (1941) – Ole Olsen, Chic Johnson, Martha Raye

Publié le par Laurent Bigot

Waitin' for the Robert E. Lee (Wolfe Gilbert et Lewis F. Muir) (interprété par Jane Frazee, Martha Raye et les chœurs).

HELLZAPOPPIN par Patrick BRION
 
Le film est en fait un curieux compromis entre la mise en scène trop sage de H. C. Potter, la présence de numéros musicaux la plupart du temps inutiles et la verve du couple Olsen et Johnson dont la pièce Hellzapoppin avait été un triomphe à Broadway pendant plus de trois ans et plusieurs centaines de représentations. Les deux auteurs profitent du passage du théâtre au cinéma pour jouer sur des gags purement cinématographiques souvent dus au désordre causé par le projectionniste Louie en train d'affronter une plantureuse compagne blonde. L'image s'inverse, s'arrête, se décadre, des plans venus d'un western se mêlent brutalement à l'action et, quelques secondes plus tard, un authentique Indien à cheval apparaît, à la recherche de son film...
Certains des gags semblent provenir du monde du dessin animé, de celui de l'homme percé de balles et dont le corps laisse échapper l'eau à la présence du carton « censuré » faisant irruption dans le cours du film. De même, on découvre sur l'écran des cartons demandant à un certain Stinky Miller de rejoindre sa mère. Le nommé Stinky finit par obtempérer et on voit alors l'ombre d'un petit spectateur se lever devant l'écran et quitter la salle. On pense à certains gags de Tex Avery !
Divers personnages semblent eux aussi provenir d'un cartoon : le détective Quimby joué par Hugh Herbert fait songer à Elmer Fudd et la manière dont Baby Betty Johnson poursuit dans une véritable crise de frénésie sexuelle le comte Pepi annonce la grand-mère érotomane d'Avery.
Le sabotage du show est un joyeux moment de burlesque destructeur. Un petit garçon puis un ours montés sur des trottinettes perturbent un ballet, le prince Pepi est victime d'un bouquet au poivre, Betty et Pepi doivent affronter des papiers collants puis des clous, l'accordéon du musicien est subrepticement rempli d'eau, les danseuses perdent leurs robes et l'archet d'un musicien est remplacé par une scie avec les effets que l'on peut deviner...
L'un des gags demeurés les plus célèbres est celui de l'homme chargé de livrer une plante à Mrs. Jones, la plante devenant un arbuste puis un grand arbre. On se souvient aussi de la femme à la recherche de son mari Oscar, hurlant au point d'inciter les deux héros du film à vouloir au plus vite qu'elle se taise, tous les moyens devenant bons pour parvenir à cette fin.
Construit selon la technique du film dans le film, Hellzapoppin est nettement moins réussi dans ses numéros chorégraphiques, musicaux ou nautiques, certains se voulant des imitations de ceux de Busby Berkeley... (la fleur qui devient un ballet de naïades). A la fin, des chiens s'étonnent en dialoguant de voir des ours parler ...
La même année 1941, l'Universal a également produit, construit sur le principe d'un film « en construction », Never give a Sucker an Even Break avec W. C. Fields. De leur côté, Olsen et Johnson tourneront deux autres films, Crazy House (1943) et See my Lawyer (1945), mis en scène par Edward F. Cline. L'une des curiosités d'Hellzapoppin demeure par ailleurs une brève référence à Citizen Kane symbolisée par un traîneau sur lequel est marqué « Rosebud », Ce simple détail prouve à quel point Olsen et Johnson enrichissaient régulièrement les références de leur œuvre puisque le film d'Orson Welles sera distribué à partir du 1er mai 1941, sept mois seulement avant la sortie d'Hellzapoppin
LA COMEDIE MUSICALE – Patrick Brion - Edition de la La Martinière (1993)
7 - HELLZAPOPPIN – H. C. Potter (1941) – Ole Olsen, Chic Johnson, Martha Raye
7 - HELLZAPOPPIN – H. C. Potter (1941) – Ole Olsen, Chic Johnson, Martha Raye
7 - HELLZAPOPPIN – H. C. Potter (1941) – Ole Olsen, Chic Johnson, Martha Raye
7 - HELLZAPOPPIN – H. C. Potter (1941) – Ole Olsen, Chic Johnson, Martha Raye
7 - HELLZAPOPPIN – H. C. Potter (1941) – Ole Olsen, Chic Johnson, Martha Raye
7 - HELLZAPOPPIN – H. C. Potter (1941) – Ole Olsen, Chic Johnson, Martha Raye

Commenter cet article