Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1 - A STAR IS BORN (Une Etoile est née) – George Cukor - 1954 – Judy Garland, James Mason

Publié le par Laurent Bigot

1 - A STAR IS BORN (Une Etoile est née) – George Cukor - 1954 – Judy Garland, James Mason
L’acteur Norman Maine est une star d'Hollywood, mais son désenchantement le conduit à boire de plus en plus. Lors d'une soirée de gala, il entre sur scène dans un état d'ébriété avancé, et ne doit son salut qu'à une jeune chanteuse, Vicky, dont la présence d'esprit lui permet d'éviter la catastrophe. Elle disparaît ensuite, mais Norman décide de la retrouver... 
1 - A STAR IS BORN (Une Etoile est née) – George Cukor - 1954 – Judy Garland, James Mason
Sombres coulisses
Avec son titre repris régulièrement par la presse pour saluer l'avènement de la moindre vedette, Une Etoile est née fait assurément partie des films les plus importants de l'histoire du cinéma américain. Il fut pourtant boudé à sa sortie, souffrant avant tout d'un montage tronqué par les exécutifs de la Warner, qui voulaient réduire la dimension psychologique du film et y injecter plus de grand spectacle (la version que nous connaissons aujourd'hui a rétabli, tant bien que mal, ces passages, dont on peut imaginer à quel point ils manquaient à l'époque). Mais peut-être le sujet du film lui-même a-t-il rebuté les spectateurs, tant il jette sur les coulisses de l'usine à rêves un éclairage peu reluisant... Et pourtant, ce regard introspectif sur Hollywood compte parmi les grandes qualités du film. Des qualités auxquelles il faut ajouter les chansons d'Harold Arlen et Ira Gershwin, et la mise en scène tout en subtilité de George Cukor (le long plan-séquence qui voit l'héroïne chanter dans le cabaret obscur en est un magnifique exemple). Mais le plus impressionnant dans Une Etoile est née, c'est évidemment la performance de Judy Garland et de James Mason, qui seront étonnamment oubliés par les Oscars, mais recevront tout de même un Golden Globe. 
 

"Gotta have Me go with You" (Harold Arlen, Ira Gershwin

Commenter cet article