Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

7 - A STAR IS BORN (Une Etoile est née) – George Cukor - 1954 – Judy Garland, James Mason

Publié le par Laurent Bigot

7 - A STAR IS BORN (Une Etoile est née) – George Cukor - 1954 – Judy Garland, James Mason
La Warner Bros tout d'abord décide de ne pas tourner le film en Cinémascope et envisage en revanche de le réaliser en relief. C'est en effet le moment où tout est bon pour tenter de contrer l'influence de la télévision. Heureusement pour Cukor, l'idée du relief est abandonnée mais, en revanche, on lui demande de tourner en Cinémascope alors que les prises de vue ont déjà commencé. Winton C. Hoch, le chef opérateur initial du film, est remplacé brièvement par Milton Krasner qui assure la photographie des retakes du passage du standard au Cinémascope. Ces frais, non prévus, commencent déjà à grever le budget. Sam Leavitt succède à Krasner et sera le seul chef opérateur crédité au générique. Une Etoile est née est donc le premier film en Cinémascope de George Cukor et également - si l'on excepte ses passages sur Le Magicien d'Oz et Autant en emporte le vent - son premier film en couleurs. Cukor se passionne aussitôt pour ce nouveau format à propos duquel il avoue : « C'est la reproduction, dans un livre, du "Sacre" de David qui m'a donné l'idée de mes cadrages. Sur une page figurait le tableau tout entier. Sur la page en regard, des détails : visages ou autre chose. Je me suis dit : « C’est ainsi qu'il faut procéder. Faire des gros plans qui ne soient pas composés, mais extraits de l’ensemble. »
La comédie musicale – Patrick Brion - Edition de la La Martinière (1993)
7 - A STAR IS BORN (Une Etoile est née) – George Cukor - 1954 – Judy Garland, James Mason
Contrairement à certains de ses collègues, très gênés par le Cinémascope, Cukor en profite pour se livrer à diverses expériences. A ce titre, la scène de la discussion entre Niles et Maine est étonnante. On voit à gauche un téléviseur allumé, au centre Niles et Norman et à droite l'écran sur lequel est projeté un film de Lewis Seiler. De même, lors de la remise des Oscars, la partie droite est occupée par un gigantesque écran où l'on assiste également à l'action, telle que la voient les téléspectateurs. Ayant parfaitement surmonté ce qui aurait été pour un autre un handicap, Cukor décrit parallèlement l'ascension d'Esther Blodgett devenue Vicki Lester et la déchéance de Norman Maine que les uns appellent « Mister Lester » ou sous son vrai nom Ernest Gubbins. Le thème positif de Pygmalion - que Cukor traitera dans My Fair Lady plusieurs années plus tard - s'accompagne ici d'une peinture au vitriol de l'univers hollywoodien symbolisé par un public carnassier - le moment où, à l'enterrement de Norman, Vicki est assaillie et voit son voile noir arraché est assimilé à un viol - et l'ignoble Libby, le responsable des relations publiques du studio, qui attend patiemment la déchéance de Norman qu'il hait.
La comédie musicale – Patrick Brion - Edition de la La Martinière (1993)
7 - A STAR IS BORN (Une Etoile est née) – George Cukor - 1954 – Judy Garland, James Mason
La grande habileté de Cukor réside dans sa manière de s'attacher à la fois à Norman et à Vicki. Norman avoue à sa femme : «Je détruis tout ce que je touche. Je l'ai toujours fait. Oublie-moi. Je suis un mauvais lot» et dit à Niles : «Je crois être né avec le génie de faire des choses qui ne vont pas ». C'est parce qu'il craint d'entraîner Vicki à sa suite qu'il préfère se tuer.
Vicki représente au contraire la musique et la foi en un avenir qu'elle espère encore heureux. Seule avec Norman, elle lui chante « It's a New World », ignorant que ce sera la chanson au son de laquelle Norman ira vers la mort.
Alors que la plupart du temps dans un film musical les chansons symbolisent la joie de vivre, ici elles se déroulent parallèlement à l'action, conservant un ton souvent grave. Au début, Vicki - elle est encore Esther - chante « There is nothing sadder than a one-man woman looking for the man that got away » et tout son personnage semble à jamais marqué par la fatalité. Une fatalité qu'elle assumera à la fin en s'appelant « Mrs. Norman Maine », la veuve d'une star déchue et disparue. 
La comédie musicale – Patrick Brion - Edition de la La Martinière (1993)
Tommy Noonan : Demi-frère de John Ireland, il débute lui-même au cinéma comme acteur en 1938, sous le pseudonyme de Tommy Noonan, et participe en tout à cinquante films américains (parfois dans des petits rôles non crédités), le dernier sorti en 1967. Interprétant quelquefois des personnages comiques, il forme d'ailleurs avec Peter Marshall, sous le nom de Noonan and Marshall, un duo comique qui se produit de la fin des années 1940 au début des années 1960, entre autres à la scène. Mentionnons deux de ses rôles les mieux connus : celui de Gus Esmond, le futur époux de Lorelei Lee (Marilyn Monroe), dans Les Hommes préfèrent les blondes (1953) d'Howard Hawks ; et celui du musicien Danny McGuire, aux côtés de Judy Garland, dans Une étoile est née (version 1954) de George Cukor. Il est également producteur et scénariste de trois films, respectivement sortis en 1959, 1963 et 1964 (où il est aussi acteur). En outre, il est le réalisateur de l'un d'eux, 3 Nuts in Search of a Bolt 1964), avec Mamie Van Doren. À la télévision, en plus de prestations comme lui-même (y compris le duo comique pré-cité), Tommy Noonan joue dans neuf séries, diffusées entre 1949 et 1967. Au théâtre, il se produit à Broadway (New York) dans deux pièces, en 1944 et 1961. Il meurt prématurément en 1968, à quelques jours de son 47e anniversaire, des suites d'une tumeur du cerveau.

Tommy Noonan : Demi-frère de John Ireland, il débute lui-même au cinéma comme acteur en 1938, sous le pseudonyme de Tommy Noonan, et participe en tout à cinquante films américains (parfois dans des petits rôles non crédités), le dernier sorti en 1967. Interprétant quelquefois des personnages comiques, il forme d'ailleurs avec Peter Marshall, sous le nom de Noonan and Marshall, un duo comique qui se produit de la fin des années 1940 au début des années 1960, entre autres à la scène. Mentionnons deux de ses rôles les mieux connus : celui de Gus Esmond, le futur époux de Lorelei Lee (Marilyn Monroe), dans Les Hommes préfèrent les blondes (1953) d'Howard Hawks ; et celui du musicien Danny McGuire, aux côtés de Judy Garland, dans Une étoile est née (version 1954) de George Cukor. Il est également producteur et scénariste de trois films, respectivement sortis en 1959, 1963 et 1964 (où il est aussi acteur). En outre, il est le réalisateur de l'un d'eux, 3 Nuts in Search of a Bolt 1964), avec Mamie Van Doren. À la télévision, en plus de prestations comme lui-même (y compris le duo comique pré-cité), Tommy Noonan joue dans neuf séries, diffusées entre 1949 et 1967. Au théâtre, il se produit à Broadway (New York) dans deux pièces, en 1944 et 1961. Il meurt prématurément en 1968, à quelques jours de son 47e anniversaire, des suites d'une tumeur du cerveau.

Charles Bickford : Né en 1891, Bickford entre dans le métier en sympathisant avec une troupe de comédiens ambulants. Le remarquant sur scène, Cecil B. DeMille l'engage pour son premier film parlant. Amant de Garbo dans Anna Christie (1930), l'acteur semble en voie de devenir une star, mais ses rapports houleux avec les producteurs en décident autrement. Il sera cependant un second rôle très prisé, travaillant jusqu'à sa mort en 1967 avec des cinéastes comme Vidor (Duel au soleil, 1946), Preminger (Le Mystérieux Dr Korvo, 1949) ou Huston (Le Vent de la plaine, 1960).

Charles Bickford : Né en 1891, Bickford entre dans le métier en sympathisant avec une troupe de comédiens ambulants. Le remarquant sur scène, Cecil B. DeMille l'engage pour son premier film parlant. Amant de Garbo dans Anna Christie (1930), l'acteur semble en voie de devenir une star, mais ses rapports houleux avec les producteurs en décident autrement. Il sera cependant un second rôle très prisé, travaillant jusqu'à sa mort en 1967 avec des cinéastes comme Vidor (Duel au soleil, 1946), Preminger (Le Mystérieux Dr Korvo, 1949) ou Huston (Le Vent de la plaine, 1960).

Jack Carson : L'acteur canadien (1910- 1963) débute à Hollywood en 1937. Il est d'abord remarqué dans la comédie musicale Amanda (1938), face à Astaire et Rogers, et dans le drame Femme ou démon (1939), avec Marlene Dietrich et James Stewart. Après Arsenic et vieilles dentelles (1944), Carson devient tête d'affiche, notamment dans Le Roman de Mildred Pierce (1945), où il affronte Joan Crawford. Mais dans les années 50, il se distinguera plutôt dans des seconds rôles de qualité, comme dans La Ronde de l'aube (1958) et La Chatte sur un toit brûlant (1958).

Jack Carson : L'acteur canadien (1910- 1963) débute à Hollywood en 1937. Il est d'abord remarqué dans la comédie musicale Amanda (1938), face à Astaire et Rogers, et dans le drame Femme ou démon (1939), avec Marlene Dietrich et James Stewart. Après Arsenic et vieilles dentelles (1944), Carson devient tête d'affiche, notamment dans Le Roman de Mildred Pierce (1945), où il affronte Joan Crawford. Mais dans les années 50, il se distinguera plutôt dans des seconds rôles de qualité, comme dans La Ronde de l'aube (1958) et La Chatte sur un toit brûlant (1958).

7 - A STAR IS BORN (Une Etoile est née) – George Cukor - 1954 – Judy Garland, James Mason
NOTES :
Remake par William A. Wellman en 1937 avec Janet Gaynor (Vicki Lester), Fredric March (Norman Moine), Adolphe Menjou (Oliver Niles), Andy Devine (Danny McGuire), Lionel Stander (Libby).
Remake par Frank Pierson en 1976 avec Barbra Streisand, Kris Kristofferson, Gary Busey, Oliver Clark.
Le film What Price Hollywood ?, réalisé en 1932 par George Cukor avec Constance Bennett, Lowell Sherman, Neil Hamilton et Gregory Ratoff, d'après une histoire d'Adela Rogers St. John, est par ailleurs considéré comme le premake officieux d'Une étoile est née, en raison des thèmes et des situations abordés.
Tournage du 12 octobre 1953 à mars 1954. Puis à partir du 30 juin 1954 pour «Born in a Trunk».
Coût de production : 5 019 777 dollars. Recettes : 5 911 968 dollars. 
La comédie musicale – Patrick Brion - Edition de la La Martinière (1993)

Commenter cet article