Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

3 - THERE'S NO BUSINESS LIKE SHOW BUSINESS (La Joyeuse parade) - Walter Lang (1954) - Marilyn Monroe - Donald O'Connor - Ethel Merman - Mitzi Gaynor - Dan Dailey

Publié le par Laurent Bigot

3 - THERE'S NO BUSINESS LIKE SHOW BUSINESS (La Joyeuse parade) - Walter Lang (1954) - Marilyn Monroe - Donald O'Connor - Ethel Merman - Mitzi Gaynor - Dan Dailey
La scène d’anthologie
Dons Les Hommes préfèrent les blondes et Comment épouser un millionnaire, Marilyn avait déjà fait preuve d'une gronde aptitude à l'autodérision. La Joyeuse parade lui donne une nouvelle occasion d'explorer ce registre, en particulier dons une scène se situant dans la première partie du film ; celle où l'ambitieuse Vicky, qui espère la visite dons sa loge d'un influent producteur, ouvre en fait la porte à l'artiste Tim Donahue. La manière dont Marilyn, encore seule face au miroir, commence par essayer différentes mimiques plus charmeuses les unes que les outres, annonce les ruptures de ton par lesquelles la comédienne va habilement passer ou cours de la séquence. D'abord agacée par l'irruption de l'encombrant séducteur interprété par Donald O'Connor, Vicky adopte ensuite envers lui une ironie mordante. Puis, lorsque le producteur frappe enfin à la porte, elle se précipite pour lui ouvrir, tous charmes dehors. Avec quelle maestria Marilyn oscille alors entre séduction et contrariété de découvrir que l'importun Tim Donahue est en réalité une vedette de la scène ! Et avec quelle habileté elle retourne la situation à son avantage, en jouant sur les deux tableaux! Lorsqu'elle lui claque la porte ou nez, non sons l'avoir mouché une dernière fois, Donald O'Connor d'ordinaire si prolixe - en reste médusé... Marilyn est décidément à l'aise dons la comédie, genre qu'elle considérait malheureusement comme mineur, alors même qu'elle a contribué à lui donner certains de ses meilleurs fleurons. 
 

"When the Midnight Choo-Choo Leaves for Alabam'", Mitzi Gaynor et Donald O'Connor / "If You Believe", Johnnie Ray

Commenter cet article