Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

7 - THERE'S NO BUSINESS LIKE SHOW BUSINESS (La Joyeuse parade) - Walter Lang (1954) - Marilyn Monroe - Donald O'Connor - Ethel Merman - Mitzi Gaynor - Dan Dailey

Publié le par Laurent Bigot

"A Sailor's Not a Sailor ('Til a Sailor's Been Tattooed)" - Ethel Merman et Mitzi Gaynor

UNE RUDE ÉPREUVE
Dès le départ, l'aventure de La Joyeuse parade n'a en effet pas grand-chose de « joyeux ». Le scénariste Lamar Trotti meurt d'un infarctus avant d'avoir pu achever le script, qu'Henry et Phoebe Ephron se chargeront de terminer. Espérant surfer sur les récents succès de Marilyn, Zanuck leur demande d'intégrer à l'histoire un nouveau personnage, celui de la pulpeuse Vicky. En résulte un casting singulier, dans lequel Marilyn affronte en la personne d'Ethel Merman ou Donald O'Connor des artistes de music-hall chevronnés, auprès de qui elle craint de paraître terriblement gauche... Heureusement, la jeune femme a obtenu de pouvoir engager ses coachs habituels : elle retrouve ainsi la répétitrice Natasha Lytess, le chorégraphe Jack Cole et le professeur de chant Hal Schaefer, avec qui elle va travailler d'arrache-pied. Mais Marilyn n'est pas encore remise de la bronchite attrapée en Corée lors de sa visite aux G.I’s., et ses angoisses la poussent à prendre des somnifères qui la font arriver en retard, et dans un état comateux, sur le plateau. Comme l’a déclaré plus tard Natasha, le soir, Marilyn allait bien. Elle répétait formidablement ses scènes mais le matin suivant, elle avait complètement oublié son texte. « Tu ne peux pas imaginer combien je suis malheureuse », disait-elle à son coach. 
 
« Si je continue à accepter des rôles comme ceux qu’on m’impose, le public va vite se lasser de moi » Marilyn Monroe

« Si je continue à accepter des rôles comme ceux qu’on m’impose, le public va vite se lasser de moi » Marilyn Monroe

CASQUES D’OR
Au cours du tournage du Milliardaire, Marilyn réalise un vieux rêve d'enfance en faisant venir toutes les semaines à Los Angeles une vieille dame à la retraite, Pearl Porterfield, dont elle a réussi à retrouver la trace. Coulant désormais des jours paisibles dans la région de San Diego, cette dernière a été la fidèle coiffeuse de Jean Harlow ou cours des années trente : précisément l'époque à laquelle la petite Norma Jean Baker rêvait de ressembler un jour à son idole. Avec pour unique rivale Mae West, Jean Harlow était alors la blonde la plus célèbre du cinéma américain, mondialement connue pour avoir associé dans l'imaginaire des cinéphiles un puissant sex-appeal aux crans dorés de sa chevelure... C'est au Beverly Hills Hotel, où logent alors les couples Miller et Montand, que la précieuse Pearl Porterfield est conduite chaque samedi par un chauffeur pour y prendre soin des cheveux platine de la « nouvelle Jean Harlow». Le rituel est immuable : toujours généreuse envers ses amies, Marilyn demande également à la coiffeuse de s'occuper des cheveux blonds de Simone Signoret, et l’après-midi se passe en grignotages de sandwichs et anecdotes sur le « bon vieux temps de la Metro Goldwyn Mayer ». Ces moments de complicité comptèrent assurément pour beaucoup dans l'amitié qui lia les deux actrices, et ce malgré la passade survenue par la suite entre Marilyn et Yves Montand. Et ils permirent par ailleurs à Pearl Parterfield d'entrer dans la légende hollywoodienne comme la femme qui coiffa trois des plus belles actrices du monde... 
7 - THERE'S NO BUSINESS LIKE SHOW BUSINESS (La Joyeuse parade) - Walter Lang (1954) - Marilyn Monroe - Donald O'Connor - Ethel Merman - Mitzi Gaynor - Dan Dailey

Commenter cet article