Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

8 - DRAGONWYCK (Le Château du dragon) – Joseph L. Mankiewicz (1946) – Gene Tierney, Vincent Price, Glenn Langan

Publié le par Laurent Bigot

L'histoire : 
1844. Miranda Wells quitte sa famille du Connecticut pour rejoindre son riche cousin Nicholas Van Ryn qui vit avec sa femme dans la sombre demeure de Dragonwyck. Van Ryn traite ses métayers avec la dureté de ses ancêtres et souffre parallèlement du fait que sa femme, Johanna, a été incapable de lui donner un héritier mâle. Johanna tombe bientôt malade et meurt. Peu de temps après, Nicholas demande à Ephraim Wells, le père de Miranda, la main de sa fille…
1844. Greenwich (Connecticut). Riche propriétaire, Nicholas Van Ryn propose à sa cousine éloignée Abigail Wells, une simple femme de fermier, d'accueillir l'une de ses filles.
C'est ainsi que Miranda Wells se rend avec son père Ephraim à New York pour y retrouver Nicholas Van Ryn. Ce dernier leur révèle que sa famille règne depuis 1630 sur deux cents fermiers. Miranda et Nicholas Van Ryn prennent le bateau et atteignent Dragonwyck, une riche demeure austère où Nicholas Van Ryn vit en compagnie de sa femme Johanna, qui a trouvé dans la nourriture une raison de vivre.
Nicholas Van Ryn montre à Miranda le portrait de son arrière-grand-mère, Azilde, qui s'est tuée. La légende familiale veut que l'on entende - à condition que l'on soit un Van Ryn - Azilde jouer du clavecin et chanter juste avant qu'un drame frappe la famille.
Miranda joue le rôle d'une institutrice auprès de la jeune Katrine, la fille des Van Ryn. Celle-ci avoue ne pas aimer ses parents ; elle souffre du fait que Nicholas Van Ryn souhaitait un héritier mâle et que sa femme est désormais incapable d'avoir d'autres enfants. Au cours de la kermesse annuelle Miranda rencontre le docteur Jeff Turner à qui elle semble beaucoup plaire.
Cependant, la réunion, également annuelle, au cours de laquelle les métayers de Nicholas Van Ryn donnent à leur maître une part de leur récolte, se passe mal. Klaus Bleecker refuse en effet de donner son dû à Van Ryn, exigeant de devenir propriétaire lui aussi. Il cherche à poignarder Nicholas Van Ryn, mais il est désarmé par le docteur Turner, qui n'a pourtant aucune sympathie pour Van Ryn. Au grand bal qui suit, Miranda est victime de la prétention et de l'ostracisme des familles des riches propriétaires d'origine hollandaise de la région. Miranda avoue à Nicholas qu'elle ne s'amuse pas. Il danse avec elle.
Johanna tombe malade. Pour lui faire plaisir, Nicholas lui apporte un laurier-rose. Le docteur lui donne des conseils, mais Johanna meurt. Nicholas dit alors à Miranda sa tristesse de ne pas avoir de successeur. Il lui avoue également le tendre sentiment qu'il éprouve pour elle. Miranda, à qui il n'est pas non plus indifférent, trouve qu'il est trop tôt pour parler de quoi que ce soit. Elle rejoint sa famille après avoir dit au revoir au docteur Turner qui espère la revoir.
Quelques mois plus tard, Nicholas Van Ryn vient voir les Wells et demande à Ephraim la main de sa fille : il a déjà tout organisé ! Le mariage a lieu dès le lendemain. Miranda engage comme servante Peggy O'Malley, une jeune infirme dont la vue déplaît à Nicholas.
Ce dernier apprend par Miranda que les invités du bal annuel se décommandent les uns après les autres. Miranda lui révèle aussi qu'elle attend un enfant. Nicholas et elle s'affrontent à propos de la religion, Nicholas déclarant ne croire qu'en lui-même.
L'Etat de New York vote une loi autorisant les métayers à devenir propriétaires.
Nicholas Van Ryn fait appel au docteur Turner pour l'accouchement de Miranda, le docteur Brown étant déjà là. L'enfant naît, mais avec une malformation cardiaque. Miranda fait baptiser immédiatement l'enfant, qui meurt dans ses bras. Nicholas reproche à Peggy de vivre alors que son fils est mort. Il se retire dès lors dans la tour du manoir et s'y livre à la toxicomanie...
 
8 - DRAGONWYCK (Le Château du dragon) – Joseph L. Mankiewicz (1946) – Gene Tierney, Vincent Price, Glenn Langan
À plusieurs reprises, aussi bien dans L'Affaire Cicéron que dans Le Limier, Mankiewicz s'est interrogé sur les rapports de classes. Face aux jeunes filles de la société américaine d'origine hollandaise, Miranda Wells - sans « Van », ainsi qu'elle le rappelle à ses interlocutrices - est une déclassée. Comme Jules César qui confie à Cléopâtre sa tristesse devant la stérilité de sa femme et plus tard son bonheur lors de la naissance de Césarion, à l'image du comte Torlato Favrini qui souffre de sa blessure de guerre qui ra rendu impuissant et stérile, Nicholas Van Ryn est obsédé par sa volonté d'avoir un héritier mâle, susceptible de lui succéder et de diriger à son tour les métayers. Il choisit de tuer sa première femme incapable de lui donner un fils et se prépare à faire de même avec Miranda après la mort de leur enfant mort-né. Il reportera à ce moment-là une partie de sa douleur, devenue de la haine, envers la servante estropiée de Miranda, lui disant : « Repoussante petite infirme, pourquoi vous a-t-on permis de vivre et non à mon fils ? Peu de temps auparavant, Nicholas avait déclaré à Miranda, toujours à propos de la malheureuse Peggy O'Malley : « Les corps déformés me dépriment. » Comme tant d'autres personnages de Mankiewicz Miranda a rêvé d'échapper à son milieu. De même que Diello n'a jamais oublié la vue d'un homme en veste de smoking blanc aperçu alors qu'il était mousse, Miranda avoue à sa mère lorsque Nicholas vient la chercher : « Mes rêves deviennent réalité, Maman. Ne peux-tu le voir ? Depuis que j'étais une petite fille et que je construisais un château dans le pommier. » Mais la sombre demeure de Dragonwyck, hantée par le souvenir d'Azilde - dont le portrait, symboliquement obsédant, s'accompagne parfois d'un air de clavecin annonciateur d'un drame familial -, est pourtant loin d'être un château de rêve... 
Joseph L. Mankiewicz – Patrick Brion – Editions La Martinière (2005)
8 - DRAGONWYCK (Le Château du dragon) – Joseph L. Mankiewicz (1946) – Gene Tierney, Vincent Price, Glenn Langan

Commenter cet article